« 11-Septembre. Une histoire orale », de Garrett M. Graff : les extraits exclusifs du sidérant récit de la journée du 11 septembre 2001

Dans ­Manhattan au moment de ­l’effondrement de la tour Sud, le 11 septembre 2001.

« 11-Septembre. Une histoire orale » (The Only Plane in the Sky. An Oral History of 9/11), de Garrett M. Graff, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jérôme Schmidt, Les Arènes, 530 p., 24,90 €, numérique 14 € (en librairie le 9 septembre).

Au cours des vingt dernières années, beaucoup de choses ont été écrites, dites, filmées sur les attaques terroristes lancées aux Etats-Unis par l’organisation terroriste Al-Qaida le 11 septembre 2001, leur origine, leur déroulé, leurs répercussions militaires et géopolitiques sur l’Amérique et le reste du monde. Toutefois, jusqu’à aujourd’hui, personne n’avait jamais rassemblé, de façon large, les souvenirs des acteurs, témoins directs ou indirects, pour raconter l’histoire à 360 degrés de ce qui s’est passé ce jour-là à New York, à Washington, en Pennsylvanie, à Sarasota (Floride) ou encore à bord d’Air Force One, l’avion présidentiel, le seul autorisé à sillonner le ciel des Etats-Unis après que l’ordre avait été donné de faire atterrir d’urgence tous les autres avions.

Jusqu’à aujourd’hui, personne n’avait jamais rassemblé les souvenirs des acteurs, témoins directs ou indirects, pour raconter l’histoire de ce qui s’est passé ce jour-là

Journaliste spécialisé dans les domaines du contre-terrorisme, de la cybersécurité et du renseignement, Garrett M. Graff a travaillé pendant deux ans avec l’historienne Jenny Pachucki, qui a consacré ses études aux histoires orales du 11-Septembre. Ensemble, ils ont trouvé près de 5 000 récits archivés dans tout le pays. Ils ont lu ou écouté environ 2 000 de ces histoires pour en retenir finalement près de 400, auxquelles s’ajoutent 80 entretiens menés par Garrett M. Graff. Ces témoignages sont complétés par la transcription d’enregistrements : messages vocaux, appels téléphoniques aux services d’urgence, captations audio…

L’ensemble compose une fresque d’une impressionnante puissance d’évocation, qui donne au lecteur le sentiment de revivre, minute par minute, cette journée tragique au cours de laquelle près de 3 000 personnes de 90 nationalités ont été tuées et 6 000 autres blessées. Pourtant, 11 septembre. Une histoire orale ne serait pas un livre aussi précieux si l’art du montage et du rythme dont fait preuve Garrett M. Graff n’inspirait un tel sentiment de proximité avec l’événement tel qu’il fut vécu – tel qu’il vit encore dans la mémoire des protagonistes. A ce titre, ce document exceptionnel est aussi un grand livre d’histoire immédiate, qui raconte les bouleversements du monde là où ils se produisent : au plus intime de l’expérience humaine.

Il vous reste 82.51% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.