A Bordeaux, un incubateur de start-up liées au vin

Entreprendre, Bernard Magrez sait faire. A 85 ans, aujourd’hui propriétaire de 42 domaines viticoles à travers le monde, l’homme d’affaires bordelais a monté son premier projet à l’âge de 20 ans. Il a connu les doutes, parfois les échecs, souvent les succès. Toujours passionné d’innovations, et attiré par ceux qui, comme lui, osent prendre des risques, il a eu l’idée de créer la « Start-Up Win ». En janvier 2021, au milieu des vignes de son château Le Sartre, à Léognan, en Gironde, il a initié et installé cet incubateur de start-up consacré  « 100 % au vin, à la vigne et à l’œnotourisme », détaille Sébastien Labat, chargé de mission du groupe Bernard Magrez.

Réunir une trentaine d’entreprises liées au vin sous toutes ses formes est une opération sans précédent. Dix sont en cours de lancement – on les nomme ici les « primeurs » –, dans des activités diverses : il s’agit d’une plate-forme digitale immersive pour les propriétés viticoles, d’un dispositif de mise à l’abri des rangs de vignes lors des périodes climatiques extrêmes, d’une solution écologique pour faire face à la problématique du gel… Dix autres – les « cépages » – sont déjà bien lancées, ont constitué une équipe et une structure. Parmi elles, un nouveau principe de courtage en assurances spécialisé dans le monde de la viticulture, un système d’accompagnement des vignerons dans leur informatisation, un producteur de matière souple ­innovante à partir de marc de raisin… Enfin, dix autres start-up, déjà bien installées cette fois – les « millésimes » –, peuvent bénéficier des espaces de coworking ou des services proposés par l’incubateur et offrent leur expertise aux autres entreprises incubées.

« Rêvez, rêvez, rêvez nuit et jour à ce que vous voudrez être un jour, et à force de rêver, vous trouverez des solutions. » Bernard Magrez

A une vingtaine de kilomètres seulement de Bordeaux, le château Le Sartre se présente comme un havre de paix pour les jeunes sociétés en quête d’avenir. Ici, une cinquantaine d’hectares de vignes et de forêts entourent un bâtiment majestueux qui leur est réservé. Certaines œuvres d’art de la collection de son propriétaire agrémentent une salle commune où trônent des biographies d’illustres chefs d’entreprises : Paul Ricard, dont est vantée au mur « la passion de créer », ou Steve Jobs, fondateur d’Apple… « Dès que j’ai commencé, à 20 ans, j’achetais des biographies ou des autobiographies de gens qui ont réussi, et je continue aujourd’hui. Ça m’intéresse beaucoup, et j’y apprends toujours, explique Bernard Magrez. Mon message à ces start-up : rêvez, rêvez, rêvez nuit et jour à ce que vous voudrez être un jour, et à force de rêver, vous trouverez des solutions. »

Il vous reste 65.82% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.