A la fashion week de New York, le Black in Fashion Council promeut la diversité

Le lieutenant-gouverneur de New York, Brian Benjamin (à gauche) et le designer de Cise, Blake Van Putten, dans les showrooms du Black In Fashion Council durant la fashion week de New York, le 12 septembre 2021.

Pour cette saison printemps-été 2022, treize créateurs noirs émergents ont été invités à exposer leurs créations le temps de la fashion week new-yorkaise, qui s’est déroulée du 7 au 12 septembre, dans un showroom du quartier de Tribeca. Une initiative du Black in Fashion Council (BIFC), organisation lancée en juin 2020.

Cofondé par la journaliste de mode Lindsay Peoples Wagner et la directrice de communication Sandrine Charles, deux figures importantes de l’industrie de la mode américaine, ce collectif a pour objectif de promouvoir et de soutenir les personnes noires travaillant dans la mode. « En tant que collectif, nous envisageons un monde dans lequel les Noirs de l’industrie de la mode et de la beauté peuvent parler librement de leurs problématiques, et dans lequel leurs droits seraient garantis, égaux, et leurs voix célébrées », expliquait Lindsay Peoples Wagner, dans le communiqué de lancement de la plate-forme.

Créée peu après la mort de George Floyd à Minneapolis en mai 2020 et les manifestations du mouvement « Black Lives Matter » qui ont suivi, cette initiative est saluée par le Council of Fashion Designers of America : « Le CFDA a été la première institution à s’engager à ce que le Black in Fashion Council soit reconnu par l’industrie de la mode. Nous soutenons cette initiative, qui est aujourd’hui nécessaire pour promouvoir la diversité et l’inclusivité », souligne Steven Kolb, directeur général du Council of Fashion Designers of America. De nombreuses marques ont depuis rejoint le Black in Fashion Council et se sont ainsi engagées à promouvoir la diversité au sein de leur entreprise, à l’instar de Calvin Klein, Ralph Lauren, Tiffany & Co. ou bien encore Proenza Schouler.

Des jeux de plissés

Cette saison, les jeunes créatifs choisis pour intégrer le showroom du BIFC ont des profils très divers. Parmi eux, Adreain Guillory, diplômé de la School of the Art Institute de Chicago en 2019, et qui propose sous le nom d’Ajovang un vestiaire délicat et ultra-féminin, articulé autour de jeux de plissés. La créatrice Letesha Renee et sa marque Eugene Taylor propose, quant à elle, des vêtements unisexes, joyeux et décalés. Les accessoires sont également mis en lumière, notamment à travers la ligne de chaussures imaginée par l’Américano-Nigériane Amina Means, sous la marque Nalebe. Ses souliers colorés et bijoutés sont façonnés avec des matériaux écoresponsables.

L’autodidacte Blake Van Putten a, quant à lui, fait sensation dès le lancement de sa marque, Cise, en juin 2020. Ses sacs floqués des mots « Protect Black People » se sont tous écoulés en quelques minutes. Un projet initialement créé afin de lever des fonds pour une association de lutte contre le racisme. Autre univers, celui de la créatrice Neumi Anekhe, qui propose des bijoux en or aux contours minimalistes, inspirés de son héritage africain. Une jeune marque dans la lumière… depuis que ses boucles d’oreilles ont été portées par Michelle Obama.