A Marseille, le plus vieil édifice de la ville à vendre sur Leboncoin

La maison de l’échevin de Cabre est le plus vieil immeuble de Marseille.

Doyenne du Vieux-Port

Quelques jours avant la visite à Marseille d’Emmanuel Macron, durant laquelle le chef de l’Etat a promis la rénovation de 10 000 logements insalubres, c’est un autre pan du bâti de la cité phocéenne qui mettait en émoi ses habitants. En cause, la publication, le 26 août, d’une annonce sur Leboncoin.fr proposant pour 1,2 million d’euros le plus vieil immeuble de la ville, la maison de l’échevin de Cabre. Construite vers 1535 et située à deux pas du Vieux-Port, sa façade ornée de chérubins est classée monument historique. « C’est la braderie du patrimoine marseillais », estime Florent Tizot, citoyen qui a alerté la mairie sur son compte Twitter.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’opération séduction d’Emmanuel Macron à Marseille

Rescapée des nazis

Du haut de ses trois étages, la maison aux pierres grises a vu défiler les siècles plus ou moins allègrement. En 1943, elle échappe à la destruction par les nazis, qui dynamitent près de 1 500 bâtiments autour du Vieux-Port. Lors de la reconstruction du quartier, en 1954, l’édifice est déplacé d’une quinzaine de mètres à l’aide de vérins et tourné de 90 degrés. Une histoire qui fait dire à Isabelle Durand, chargée de projets culturels à l’office de tourisme de Marseille : « C’est un monument très important pour la ville, nous y sommes attachés et il est intégré dans de nombreux ­circuits touristiques. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Vingt mille personnes évacuées sur ordre d’Himmler : à Marseille, l’autre rafle tente de sortir de l’oubli

Détenu par un particulier

L’immeuble, qui compte trois appartements de 50 mètres carrés chacun, un studio et un local commercial, est détenu par un particulier, qui en a la charge comme le stipule le code du patrimoine. Il se retrouve aujourd’hui sur le marché dans le cadre d’une succession. Pour Alice Robert, chargée de sa vente pour l’agence Radisson Immobilier, le choix de poster l’annonce sur Leboncoin s’est fait naturellement. Après tout, « c’est la plateforme la plus consultée par les particuliers et les investisseurs », justifie-t-elle simplement. A la mairie, alertée uniquement par des citoyens interloqués, on décrit la « surprise » ressentie à l’annonce de la vente.

Sous l’œil de la mairie

Une partie des Marseillais est échaudée par la gestion de certains biens patrimoniaux détenus par des acteurs du privé. En avril, le locataire de la réputée villa Valmer, souhaitant la transformer en hôtel de luxe, avait détruit une partie de la bastide, ne respectant pas le permis de construire. Conseiller municipal à la stratégie patrimoniale, Eric Méry se veut rassurant : « la mairie va suivre la vente de la maison de l’échevin ». Il s’apprête à visiter le lieu, accompagné de l’architecte des bâtiments de France, qui n’était pas passé « depuis une dizaine d’années ». Et n’exclut pas de préempter le bien pour l’acquérir au nom de la ville.