A mi-chemin entre eau pétillante et bière, les hard seltzers conquièrent la France

Qui, en France, connaissait le hard seltzer il y a encore un an ? Quasiment personne puisqu’il n’était pas encore présent sur le marché. Un an plus tard, à la fin du premier semestre 2021, les canettes trendy d’eau de Seltz alcoolisée ont déjà pris 10 % du segment des bières (source Nielsen). A base d’eau, de sucre de canne, de parfums naturels et de levure, cette boisson est brassée comme une bière. Entre l’eau pétillante, dont il a l’aspect cristallin et l’effervescence, et la bière, dont il a le degré d’alcool (entre 4,5° et 5°), le hard seltzer dispose d’arguments convaincants : peu de calories, peu ou pas de sucre. Vendu dans des canettes arty, souvent écoresponsables, il est esthétique et facile à consommer.

Née aux Etats-Unis en 2013, la tendance du hard seltzer correspond à des ventes estimées (source Nielsen) à 2,7 milliards de dollars au cours des douze derniers mois. Avec 65 marques, le marché américain laisse augurer d’une véritable révolution. Ne serait-ce qu’entre mars et avril derniers, le chiffre d’affaires de ce segment a plus que doublé. En France, c’est l’arrivée de Snowmelt, en août 2020 (malgré la crise sanitaire), qui a tout chamboulé.

Les jeunes adultes ciblés

Pionnière, cette eau gazeuse fermentée et alcoolisée s’est imposée comme un apport de fraîcheur évidente pour l’été. La marque américaine a fait fort : en jouant sur le savoir-faire de la bière, elle a exporté l’image d’un lieu d’origine éloquent. Issue de l’eau pure des montagnes Rocheuses, elle est élaborée par la brasserie Upslope, à 1 624 mètres d’altitude, à Boulder, dans le Colorado. Au choix, les arômes évoquent une nourriture saine : citron vert et genévrier, mandarine et houblon, grenade et açaï. On est entre boisson et parfum, entre mode et diététique.

Logiquement, le rayon boisson s’est enrichi au printemps 2021 de nouvelles marques. Coca-Cola Company entend bien prendre le train en route avec Topo Chico Hard Seltzer, sa sparkling water with alcohol (« eau pétillante alcoolisée »), qui arrive tout juste en France. La marque ne cache pas son objectif de devenir leader de cette ­catégorie dès sa première année dans le pays, à l’image du succès fulgurant outre-Atlantique. Le public concerne surtout les jeunes adultes qui recherchent des boissons faiblement alcoolisées, avec des propositions nouvelles et des saveurs inédites, tel le mariage de la cerise et de la baie d’açaï (fruit de palmier).

Une bataille annoncée

Face à ce raz-de-marée, les producteurs français tentent de ne pas être en reste. « L’arrivée des hard seltzers est une révolution colossale, constate Romain Le Mouëllic, entrepreneur de 36 ans, à l’origine de la création FEFE (« Fait En FrancE »), le premier hard seltzer français. On prévoit jusqu’à 80 marques de hard seltzer sur le marché d’ici à la fin de l’année 2021, alors qu’il y en a 25 aujourd’hui. »

Il vous reste 36% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.