A Milan, une escapade rare et raffinée

En 1990, Carla Sozzani, « la femme la plus intéressante d’Italie », d’après son ami Azzedine Alaïa, pose les bases de ce qui deviendra le premier concept store du monde – avant Dover Street Market, à Londres, et Colette, à Paris. Fraîchement licenciée de la rédaction en chef d’Elle Italie, elle imagine un lieu hybride et multiforme qui serait comme autant de pages d’un magazine.

Dans cet ancien garage Renault situé dans un quartier alors populaire du nord de Milan, Carla Sozzani ouvre une galerie d’art flanquée d’un café. Puis viennent la librairie, la boutique de vêtements et, en 2003, l’hôtel 3 Rooms. En fait de chambres, il s’agit plutôt de minisuites à la décoration unique, qui donnent toutes sur la cour animée, aux balcons fleuris de lauriers roses. Une rareté qui impose de réserver très longtemps à l’avance.

Dans celle du 2e étage, les fauteuils du salon, d’un modernisme vintage, sont signés Eero Saarinen ou Isamu Noguchi. Au beau milieu de la chambre, la chaise longue invite à se détendre en feuilletant l’un des nombreux livres d’art de la bibliothèque, comme cet album qui documente la reconstruction du Milan de l’après-guerre.

Sous un vaste tableau abstrait de Kris Ruhs, compagnon de vie de Carla Sozzani, on s’endort dans un lit king size, bercé par les murmures du bar-restaurant qui attire les fêtards jusqu’à 1 heure le week-end (minuit en semaine). Au réveil, le petit déjeuner se prend au lit – ou, mieux encore, sur la terrasse, dans la cour du 10 Corso Como, à l’heure où Milan commence une nouvelle journée.

Hôtel 3 Rooms, Corso Como 10, Milan (Italie), 340 € la nuit. 10corsocomo.com/rooms

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Bordeaux, une flânerie entre Keith Haring et ceviche de sardines

A 15 mètres : s’offrir un beau livre d’images

Si vous n’avez pas les moyens d’acquérir une pièce de mode griffée, ignorez la boutique du 10 Corso Como et montez directement à la librairie. La sélection de livres de photographie, de mode, de design et d’architecture y est exceptionnelle. Nul besoin de parler italien pour apprécier la beauté de ces images. Jusqu’en novembre, la librairie vend également des tirages en noir et blanc de Paolo Di Paolo, photographe de l’Italie des sixties récemment redécouvert.

Librairie de la Fondation Sozzani. shop.fondazionesozzani.org/it

A 300 mètres : prendre un bain de modernité

Loin du Duomo et des splendeurs anciennes, la piazza Gae Aulenti affirme sa différence. De jour comme de nuit, on y sacrifie au rituel de la passeggiata (« promenade »), au pied de la tour UniCredit qui culmine à 218 mètres. A côté, le parc Biblioteca degli Alberi (« bibliothèque des arbres ») s’étend sur 9 hectares de pelouses et de plantes pérennes. Mais le plus stupéfiant, ce sont ces deux hauts immeubles recouverts de verdure que leur concepteur, Stefano Boeri, a qualifiés de « bosco verticale » (« bois vertical »). Une signature du Milan d’aujourd’hui.

Il vous reste 41.35% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.