Abus sexuels : l’Eglise doit reconnaître sa responsabilité

Editorial du « Monde ». Pour l’Eglise catholique, c’est peu de dire que le rapport Sauvé sur les abus sexuels commis en son sein, rendu public le 5 octobre, a fait l’effet d’une déflagration. La surprise est venue moins de la mise au jour d’un scandale déjà amplement connu, grâce aux témoignages des victimes, que de son ampleur – 216 000 personnes aujourd’hui majeures auraient été agressées sexuellement par des prêtres ou des religieux depuis 1950 – et du fait que l’Eglise soit désignée comme l’institution, en dehors de la famille, où de telles agressions sont de loin les plus fréquentes.

Dans l’Eglise, les abus sexuels ont un caractère « massif » et « systémique », a assené le rapport rédigé à la demande de l’épiscopat par l’ancien vice-président du Conseil d’Etat. Les évêques français, réunis à Lourdes du 2 au 8 novembre en assemblée plénière, vont devoir décider des mesures à prendre, non seulement pour réparer les vies blessées, mais aussi pour réformer le mode de fonctionnement d’une institution où la dissimulation et la non-dénonciation de délits et de crimes sexuels ont longtemps prévalu, et dont le discours sur la sexualité masque un immense malaise.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Violences sexuelles : les évêques sous pression se réunissent à Lourdes

L’heure n’est plus à l’inertie et aux atermoiements. A la colère des victimes s’ajoute désormais celle de nombre de catholiques, dont 76 % estiment, selon un sondage, que la réaction de la hiérarchie n’a pas été à la hauteur des révélations du rapport Sauvé. Les évêques, tétanisés, ont réagi maladroitement. Le refus de l’épiscopat d’inviter à son assemblée les associations de victimes, préférant écouter des témoignages sélectionnés par lui, fait craindre un repli dans l’entre-soi.

Mécanisme de « réparation financière »

Les évêques, après avoir eu le courage de confier à une mission indépendante le soin de dresser un constat sans complaisance, doivent en tirer toutes les conséquences. Les deux premières consistent à coopérer sans réserve avec la justice sur les affaires en cours, et à reconnaître la responsabilité de l’Eglise en tant qu’institution. Seule pareille reconnaissance permettrait de mettre en œuvre le mécanisme de « réparation financière » recommandé par le rapport Sauvé. Pour l’institution, il soulève à la fois des inquiétudes financières – qui va payer ? – et des questions théologiques – l’Eglise, assimilée au corps du Christ, peut-elle être coupable ?

Pourtant, le rôle systémique de l’Eglise, désormais établi, exige que soit reconnue, au-delà de la mise en cause individuelle des agresseurs et de ceux qui les ont protégés, la responsabilité de l’institution qui les a sélectionnés, formés, consacrés et employés et ne saurait échapper aux réalités humaines.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Violences sexuelles : Jean-Marc Sauvé mobilise les députés face à « un désastre social et sanitaire »

L’Eglise ne peut en rester là : elle doit remédier aussi à l’« excessive sacralisation de la personne du prêtre » dénoncée par le rapport Sauvé, et à la marginalisation des laïcs en général et des femmes en particulier. Certaines des évolutions souhaitables supposent une réforme du droit canon, et donc une volonté du Vatican. Mais l’Eglise de France devrait donner l’exemple en engageant, avec les laïcs, une réflexion sans tabou sur leur implication dans la prise de décisions, sur l’exclusion des femmes du sacerdoce et sur la sexualité.

Il ne faut pas s’y tromper : de la capacité des évêques à reconnaître les ravages commis pendant des décennies, à entendre la colère du public et à engager de profondes réformes dépend l’avenir de la première religion de France. Qui continuera de croire en son message de soutien aux déshérités et aux plus fragiles si, après un tel scandale et des décennies de déni, l’Eglise ne réagissait qu’en prenant des mesures cosmétiques ?

Publication du rapport de la commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise catholique : ce qu’il faut savoir

Mardi 5 octobre, la commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise a rendu public son rapport. Elle estime le nombre de victimes, durant leur minorité, de violences sexuelles de la part d’un prêtre, d’un diacre ou d’un religieux, dans la population actuelle âgée de 18 ans et plus, à 216 000 personnes. Pour tout comprendre, les articles du Monde sur le sujet :

Le Monde