Acheter une résidence secondaire à moins de 100 000 euros

Les maisons perdues en pleine campagne et nécessitant des travaux restent peu onéreuses.

En 2008, la crise des subprimes avait stoppé net l’euphorie qui s’était emparée du marché des maisons de campagne. Dix années d’atonie et une dégringolade des tarifs dans les bocages, de l’ordre de 40 à 60 %, s’en sont suivies. « Très peu d’acheteurs s’intéressaient à ces biens et les ventes étaient rares », se remémore Laurent Vimont, président de Century 21 France. En 2019, ce pan de marché commençait à se redresser grâce à de nouveaux acquéreurs à la recherche d’une maison de famille. Et l’an dernier, la crise sanitaire a radicalement changé la donne. « A la fin du premier confinement, nous avons réalisé beaucoup plus de ventes. La tendance s’est accélérée en 2021, et les acquéreurs sont de plus en plus nombreux », note Patrice Besse, président du groupe homonyme, spécialiste des biens ruraux et de caractère.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Résidences secondaires : la course à la mer

Conséquence : face à cet afflux d’acheteurs, les propriétaires mettent en vente leurs longères, fermettes et bastides bien placées à des tarifs fous. « Les maisons proches de la forêt se vendent entre 30 000 et 80 000 euros de plus qu’il y a un an, ce qui est complètement déraisonnable », confie un agent immobilier du Perche. Si vous aussi rêvez de vert et d’espace, il reste pourtant possible de trouver des biens à moins de 100 000 euros, à condition d’accepter quelques sacrifices.

D’abord, il faudra vous éloigner de la bande littorale, qui flambe aujourd’hui. On trouve des prix plus doux à partir d’une distance de 30 km de la côte. Evitez aussi les secteurs à moins de deux heures de voiture d’une métropole, Paris et Lyon en tête. En règle générale, plus une maison est proche des axes de transports, plus elle est recherchée et plus son prix s’envole. Privilégiez donc celles situées à plus d’une demi-heure d’une gare, elles sont plus abordables. Le paysage environnant joue aussi : une maison perdue dans la forêt se négocie moins cher qu’une autre située en haut d’une colline, avec une vue dégagée.

Gros travaux

Avec ces critères, le choix reste vaste, car ce type de biens abonde dans le centre de la Bretagne, les bocages normands, le cœur du Morvan, de la Bourgogne, du Limousin, la campagne picarde, les plaines lorraines, l’arrière-pays gascon ou les contreforts pyrénéens. Si vous n’aimez pas la pleine campagne, sachez que « beaucoup de maisons de village anciennes ont du caractère et parfois un joli jardin. Comme elles sont à rénover, leur prix reste bas », constate Patrice Besse.

Il vous reste 26.83% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.