Adieu veaux, vaches, cochons… Le steak végétal à la conquête du monde

Par

Publié aujourd’hui à 01h43, mis à jour à 14h53

L’agent de sécurité est armé. Derrière une façade sans tain, les allées et venues sont filtrées avec soin : impossible de se déplacer sans autorisation dans ce bâtiment anonyme d’El Segundo, zone industrielle coincée au sud de l’aéroport international de Los Angeles. Il faut d’abord signer un accord de confidentialité, avant d’accéder à une salle de conférences sans fenêtres ni décoration. Quels secrets protège-t-on si hermétiquement ?

Ils sont là, joliment disposés sur trois assiettes, en coin de table : quelques saucisses pour le petit déjeuner, un wrap au bœuf et un burger agrémenté de morceaux d’ananas. Mais, attention, il ne s’agit pas de viande comme les autres. Tous ces plats sont conçus uniquement à base de pois, de riz, d’huile de coco et de divers additifs alimentaires, comme la betterave pour la couleur et l’acide ascorbique pour la conservation.

Bienvenue chez Beyond Meat, la plus célèbre des entreprises de viande végétale. Ethan Brown, son fondateur, surgit depuis une porte dérobée pour s’installer entre deux représentantes de son service de communication. L’entreprise nous a reçu mais a refusé d’ouvrir ses portes à un photographe de M. « Un combat pour cette nouvelle industrie se déroule en ce moment même, donc nous devons être les plus rapides pour accomplir notre vision », expose le PDG de l’entreprise dont la fortune est estimée entre 200 millions et 400 millions de dollars (entre 168 millions et 336 millions d’euros).

Un secteur à part entière de l’industrie agroalimentaire

Il porte une chemise à carreaux, affiche un large sourire et cite Victor Hugo – « Rien n’est plus fort qu’une idée dont l’heure est venue » (une phrase jamais officiellement attribuée à l’auteur). De la même façon que les GAFA ont modifié notre accès à l’information à partir du début des années 2000, les alternatives à la viande entendent bouleverser notre alimentation. Signe que les marchés financiers ont fait le pari d’y croire, Beyond Meat est actuellement évaluée à un peu plus de 9 milliards de dollars (7,59 milliards d’euros).

Lire aussi : Exploitation des données, manipulation de l’opinion, culte du secret… La trahison des GAFA

En 2020, les ventes de Beyond Meat auraient généré environ 400 millions de dollars de revenus, soit une hausse d’une dizaine de pour-cent à chaque trimestre. D’ici à quelques années, Beyond Meat espère devenir le nouveau champion mondial de l’alimentation. Et Ethan Brown, 49 ans, de prophétiser : « Grâce à cette nouvelle viande, nous allons libérer la nature. »

Il vous reste 90.58% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.