Adultère, nostalgie cubaine, psychanalyste fou… Nos lectures pour la semaine

LA LISTE DE LA MATINALE

La rentrée littéraire se poursuit tambour battant ! L’adultère, affaire classée ? Feu, le nouveau roman de Maria Pourchet, va vous prouver le contraire, façon pyrotechnie. Autre romancier virtuose, autre retour sur de vieilles questions toujours aussi vivaces, avec Leonardo Padura, sur l’effondrement des illusions à Cuba. Philippe Jaenada, lui, rouvre le dossier de Lucien Léger, qui s’accusa du meurtre d’un enfant, passa plus de quarante ans en prison et, affirme le romancier, était innocent.

Au programme encore cette semaine : Camille Froidevaux-Metterie, philosophe du corps féminin, l’ironie de Denis Michelis et de son personnage, un psychanalyste interné dans un hôpital psychiatrique, Catherine Cusset et son art impeccable de raconter la vie, d’attraper au vol le temps qui passe.

ROMAN. « Feu », de Maria Pourchet

« Feu », de Maria Pourchet, Fayard, 358 p., 20 €, numérique 15 €.

Soit Laure (universitaire de 40 ans, mariée, deux enfants) et Clément (quinquagénaire désespéré, auquel son travail dans une banque rapporte un salaire mirobolant). Ils ne sont respectivement pas leur genre ; leurs peaux assurent le contraire.

Ces deux amants portent alternativement le récit au fil des jours de leur histoire – séduction, emballement, rupture, retour de flamme… Laure se parle à elle-même en se tutoyant, quand Clément s’adresse à son chien adoré, Papa.

Fort différentes, leurs voix ont en partage une stupéfiante vivacité : les phrases de Maria Pourchet avancent à la vitesse d’un incendie, laissant le lecteur éberlué. Dans son brasier, l’autrice jette des pelletées d’humour et de lucidité, une approche frontale de la sexualité comme des sentiments, une fine appréhension d’une époque pleine de peurs et de colère. Ajoutons, pour faire bonne mesure, des blagues littéraires qui vont de baptiser son héros d’après le chien de Michel Houellebecq à doter son héroïne d’un époux médecin, émouvant descendant de Charles Bovary.

Manière de mettre les choses au clair : il n’a pas échappé à l’écrivaine que l’adultère est une vieille affaire, en littérature comme ailleurs, et que pour faire du neuf avec le mari/la femme/l’amant, il faut se lever de bonne heure. On ignore si Maria Pourchet est matinale, mais le fait est que, oui, du neuf, elle en offre, et en pagaille, façon pyrotechnie. Raphaëlle Leyris

ROMAN. « Poussière dans le vent », de Leonardo Padura

La Havane, années 1990. Après la chute de l’URSS, Cuba traverse une terrible crise. Tout manque, tout est rationné. Pour les membres du Clan, huit amis soudés depuis le lycée et qui ont cru avec enthousiasme au projet communiste, penser un tel fiasco est impossible. Aucun d’eux ne trouve de réponse à la question : comment a-t-on pu en arriver là ? Et moins encore à celle qui les taraude tous : « Où va-t-on ? »

Il vous reste 68.39% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.