Aisling Bea, une comique fragile, créatrice de la série « This Way Up »

Aisling Bea, dans « This way up ».

Aisling Bea l’a échappé belle. This Way Up aurait pu la ranger pour longtemps dans la catégorie, pas forcément gratifiante, des cousines de Phoebe Waller-Bridge, inoubliable Fleabag happée par Hollywood et la plate-forme Amazon. La saison 2 de cette série au format modeste (6 × 23 minutes) et tournée à peu de frais vient à point nommé affermir la bonne réputation de la comédienne irlandaise, star du stand-up, membre émérite de la catégorie des actrices qui, plutôt que d’attendre des rôles à la mesure de leurs désirs, préfèrent les écrire. Ce début de reconnaissance a valu à la trentenaire, à peine connue en France il y a un an, de présider le jury de la sélection Séries courtes au festival Canneséries début octobre.

Lire la critique de « Fleabag » (saison 2) : Article réservé à nos abonnés Un théâtre du désir sexuel finement excentrique

Retenue de l’autre côté du Channel par des soucis de santé qu’elle met sur le compte de la fatigue, Aisling Bea a finalement rempli ses obligations festivalières par Zoom, et assuré par la même occasion la promotion du deuxième volet des aventures des sœurs Aine et Shona, diffusées à partir du lundi 25 octobre sur Canal+. Prolixe et enthousiaste, elle émaille ses phrases d’adorables « fucking », étire ses réponses au-delà du raisonnable et envoie des bises lorsque l’interview se termine. On a le sentiment de l’attraper au bon moment, juste avant que le vent tourne et que la popularité ne la rende moins accessible. Comme Phoebe Waller-Bridge, tiens.

« Faire le clown n’est pas mettre un masque. Utiliser la comédie pour surmonter nos souffrances est une excellente chose !  »

Si Aisling Bea a écrit This Way up, c’est d’abord pour sortir de la scène – « Je n’ai heureusement plus à prouver que je sais faire rire » –, mais surtout pour travailler avec Sharon Horgan, rencontrée il y a plus de dix ans sur la sitcom Dead Boss, et avec qui elle forme un des duos les plus réjouissants de la comédie britannique actuelle. « Entre la commande, l’écriture, les réécritures… Contrairement au stand-up, les projets à la télévision mettent des années à se faire, râle-t-elle. Il vaut mieux se sentir très impliqué. » Une façon de l’être est en toute logique d’embarquer son amie avec elle. « Le personnage de Shona a toujours été écrit pour Sharon, il y a une alchimie entre nous, une dynamique. This Way Up est une façon acceptable de la garder près de moi, confie-t-elle dans un éclat de rire. Les scènes avec elle sont celles que j’écris le plus vite, elles ont une musique particulière. »

Chaleureusement accueilli lors de sa diffusion sur Channel 4 en 2019, This Way Up a été reconduit pour une deuxième saison qu’Aisling Bea a écrite au plus fort de la pandémie de Covid-19. « Une épreuve, avoue-t-elle, écrire sur la solitude pendant un hiver de confinement, je n’aurais pas pu imaginer pire, à part une guerre en plus peut-être ? (…) Ecrire cette série a tendance à me pousser vers la tristesse, d’autant qu’avec le Covid, j’ai beaucoup écrit seule. Ce qui revient plus ou moins à taper dans une balle contre un mur… »

Il vous reste 45.19% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.