Amazon, discret acteur du marché des véhicules électriques

Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, au National Press Club, à Washington (Etats-Unis), le 19 septembre 2019.

Le nom de Rivian n’est pas connu du grand public. Mais l’un des actionnaires de ce constructeur de véhicules électriques américain est bien plus célèbre : Amazon. En effet, le leader mondial de l’e-commerce a pris quelques positions dans le secteur de l’automobile, qui connaît un boom avec l’électrification et la connectivité. Rivian a ainsi notifié le 27 août aux autorités américaines son intention d’introduire une partie de son capital en Bourse. Et, selon une source citée par le quotidien britannique Financial Times, sa valorisation pourrait dépasser 70 milliards de dollars (59 milliards d’euros). Soit autant ou davantage que la capitalisation des géants historiques du secteur, General Motors, Ford ou Stellantis (Peugeot, Citroën, Fiat, Chrysler…).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi D’Apple à Alibaba, les entreprises technologiques prennent le virage de la voiture électrique

« Amazon n’allait pas laisser passer une des tendances les plus prometteuses des dix prochaines années », sourit Dan Ives, de la société d’investissement Wedbush Securities. De plus, l’arrivée du géant du commerce et des services au tour de table a « crédibilisé l’histoire de Rivian », estime l’analyste.

Certes, Amazon n’est qu’un actionnaire minoritaire, aux côtés de Ford ou des fonds d’investissement. Mais l’entreprise de Jeff Bezos a, depuis 2019, participé à cinq levées de fonds de Rivian, qui a déjà attiré 10 milliards de dollars au total. Le montant investi par Amazon et sa part du capital ne sont pas communiqués mais M. Bezos avait dit avoir apporté 440 millions rien qu’au premier tour de financement de 2019.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La voiture autonome, de la folie à l’âge de raison

De plus, le fondateur d’Amazon, désormais détaché de ses fonctions de PDG, affiche son soutien personnel au projet. Le 20 juillet, quand M. Bezos est devenu le premier « touriste spatial », il est arrivé sur le tarmac de son ranch texan avec une série de pick-up Rivian gris, frappés d’une grande plume noire, le logo de son entreprise Blue Origin.

Camionnette de livraison

Cette irruption du fondateur d’Amazon dans la sphère automobile n’a pas manqué d’attiser sa rivalité avec un autre milliardaire multicarte, Elon Musk, le patron de Tesla, le leader de la voiture électrique. « Peut-être devrait-on exiger de Rivian qu’ils aient livré au moins un véhicule par milliard de capitalisation avant leur introduction en Bourse ? », a-t-il notamment demandé dans un tweet condescendant.

En effet, contrairement à Tesla, Rivian n’a jamais encore commercialisé de voitures : en raison de la pandémie, la mise en vente de son camion pick-up est désormais prévue « en septembre » et celle de son « SUV » « plus tard cet automne ». Son troisième projet est une camionnette de livraison coconçue avec Amazon, dont 10 000 exemplaires devraient être livrés en 2022. Le géant de la vente en ligne a promis d’en acheter 100 000 d’ici à 2030, soit la plus grosse commande de véhicules électriques à ce jour.

Il vous reste 57.24% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.