Aménagement des territoires : « Il y a bel et bien en France un problème de gouvernance locale de la transition écologique »

Tribune. La transition écologique est, de loin, le plus grand défi posé à notre génération, et les collectivités territoriales sont en première ligne dans cette lutte. L’urgence à agir est grande, et les mandatures qui se sont ouvertes lors des dernières élections municipales et régionales seront décisives. La sensibilité à ces enjeux environnementaux continue incontestablement à se développer au sein du monde politique et de la société dans son ensemble.

Et pourtant, la nécessaire transformation des territoires est balbutiante. Si l’on voit se multiplier des pistes cyclables, des initiatives souvent réussies de végétalisation ou de piétonnisation, l’échelle et le rythme du changement sont très loin d’être suffisants. Alors, que se passe-t-il ? Manquons-nous, comme on pourrait le croire, de solutions techniques pour apporter des réponses concrètes aux enjeux des villes et territoires ? La question est-elle uniquement financière ?

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Energie solaire : « La France interdit aux collectivités d’apporter leur soutien à des projets aux retombées économiques réelles »

En réalité, pas du tout. Une étude conduite par la chaire d’économie urbaine de l’Essec, en partenariat avec Leonard, montre que les vrais blocages sont en fait plus profonds. Essentiellement organisationnels et socio-culturels, ils se situent au cœur même de l’organisation territoriale française et dans la persistance de pratiques trop rigides en matière d’aménagement. Notre étude montre que, sans une mutation vigoureuse dans ces pratiques, aucune transition écologique ne pourra véritablement s’opérer.

Une complexité et une diversité exceptionnelles

Nous le voyons quotidiennement : les territoires font face à des enjeux d’une complexité et d’une diversité exceptionnelles, de l’impact carbone à la biodiversité, en passant par la gestion des ressources naturelles, l’équité socio-spatiale, la qualité du cadre de vie, ou encore la gestion des événements météo extrêmes…

Or, ce que l’on constate, c’est que, reposant sur des ingénieries parfois importantes mais trop peu agiles et travaillant trop souvent « en silos », les services techniques des collectivités ne sont la plupart du temps pas en mesure de piloter de véritables programmes de transition écologique.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Dominique Méda : « Pour réussir la transition écologique, il faut engager une véritable révolution de nos politiques publiques »

Ce manque de transversalité de l’action publique locale est également dû à l’organisation politique des collectivités, et à un système de partage de portefeuilles entre élus qui demeure inefficace au vu des actions à mener. Il y a bel et bien en France un problème de gouvernance locale de la transition écologique.

La distinction « maîtrise d’ouvrage » et « maîtrise d’œuvre »

L’observation de territoires aux tailles et problématiques variées met en lumière une difficulté persistante à appréhender les enjeux aux bonnes échelles. Les coopérations territoriales horizontales (entre territoires voisins) comme verticales (entre échelons territoriaux) peinent toujours autant à suivre les évolutions démographiques et socio-économiques des territoires.

Il vous reste 47.66% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.