Assassinat de Samuel Paty : « Une éducation à la laïcité vécue comme un rappel à l’ordre risquerait d’alimenter les crispations »

Tribune. L’assassinat de Samuel Paty, le 16 octobre 2020, a remis à l’ordre du jour, tragiquement, la question des rapports parfois frictionnels entre religieux et institution scolaire. Comme de 1989 à 2004 après les crises à répétition autour du foulard islamique à l’école, comme en 2003 après la commission de réflexion sur l’application du principe de laïcité, présidée par Bernard Stasi [ministre et parlementaire, disparu en 2011], et comme elle l’avait fait à la suite des attentats de janvier 2015, l’éducation nationale a répondu à cet acte terroriste par la nécessité d’éduquer à la laïcité. Une telle affirmation pédagogique, qui paraît aujourd’hui évidente, est en réalité très récente.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Assassinat de Samuel Paty : « L’école apporte une réponse nécessaire à l’archipélisation de notre société »

En effet, jusqu’aux années 1980, la laïcité n’a constitué qu’un aspect très marginal des programmes scolaires – y compris dans les programmes d’éducation civique, rétablis en tant que tels en 1985 dans le premier degré. Les mesures de sécularisation de l’institution scolaire, prises un siècle plus tôt à partir des années 1880, furent progressives et centrées sur la laïcisation des enseignements, des locaux et des maîtres de l’école publique. La laïcité a été, dans ce cadre, bien plus un principe d’organisation qu’un objet pédagogique. La fin des écoles normales d’instituteurs, en 1989, fit même reculer la formation au principe laïque des maîtres, qui tendit à refluer au sein des instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) où furent formés les enseignants de 1990 à 2013.

Passage obligé

La « pédagogisation » de la laïcité, c’est-à-dire sa transformation en objet d’éducation, doit beaucoup aux tensions introduites par l’affaire de Creil, à l’automne 1989, où trois collégiennes voilées nourrirent aussi bien le débat politique que les passions médiatiques. Car l’interdiction progressive des signes religieux dits ostensibles à l’école publique, à partir de la circulaire Bayrou en 1994, devait être expliquée aux élèves, premiers concernés par ces mesures. De même, a joué la crainte croissante des contestations religieuses de cours, au sein de l’institution scolaire, présente dans l’ouvrage collectif d’enseignants intitulé Les Territoires perdus de la République (Mille et une nuits, 2002), le rapport Stasi en 2003 et le rapport dirigé par l’inspecteur général de l’éducation nationale, Jean-Pierre Obin [ancien inspecteur général de l’éducation nationale], en 2004.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés « Les Territoires perdus de la République », retour sur près de vingt ans de polémique autour de la laïcité à l’école

Les effets sont nets depuis 2012, l’année de parution d’un rapport commandité par le ministère de l’éducation nationale au philosophe Abdennour Bidar − aujourd’hui inspecteur général –, et intitulé significativement Pour une pédagogie de la laïcité à l’école. La référence laïque est devenue un passage obligé dans nombre de programmes scolaires, en particulier celui d’enseignement moral et civique en vigueur depuis 2015. La charte de la laïcité, introduite par le ministre Vincent Peillon à la rentrée 2013, symbolise la fusion du souci réglementaire et du souhait pédagogique : elle est à la fois un document affiché dans toutes les classes des établissements scolaires publics, afin de rappeler les règles laïques de l’institution scolaire, et un support pédagogique.

Il vous reste 57.06% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.