Automobile : Skoda veut compter parmi les leaders européens

Pour Skoda, le temps n’est plus à surjouer l’humilité. Trente ans après avoir intégré le groupe Volkswagen, la marque tchèque affiche ouvertement ses ambitions. D’ici à 2030, elle compte doubler Toyota et Ford pour passer du huitième au cinquième rang européen, établir sa marge opérationnelle à 8 % et devenir le premier constructeur européen en Inde, en Russie et en Afrique du Nord. La firme de Mlada-Boleslav, qui a franchi le cap du million de véhicules produits dans le monde, dispose « d’un potentiel incroyable » assure son président, Thomas Schäfer.

Ces objectifs annoncés le 24 juin n’ont en réalité rien d’excessivement volontariste. Sur les cinq premiers mois de l’année, Skoda se situe déjà à la cinquième place du hit-parade européen et l’exercice 2019 avait permis d’atteindre la cible envisagée en termes de marge opérationnelle, la difficile année 2020 n’ayant fait reculer que d’un point, à 7 %, cette performance.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « A Volkswagen, un accord à l’amiable pour tourner la page du “Dieselgate” »

Vision assez traditionnelle de la voiture

Sans cesser de revendiquer son identité de « marque accessible » ni de mettre en exergue une approche de l’automobile empreinte de « simplicité », Skoda a progressivement conquis 5,3 % du marché européen. Ses meilleures performances commerciales se situent en Allemagne, au Royaume-Uni mais aussi en Turquie et en Europe centrale. En France, la firme ne pèse que 2,2 % des ventes mais sa part de marché a doublé en cinq ans. « Nos clients évoluent ; ils sont plus jeunes (53 ans) que la moyenne et appartiennent à des catégories relativement aisées avec un revenu de quelque 4 200 euros mensuels », souligne Dorothée Bonnassies, directrice de Skoda France.

Marque généraliste adossée à un groupe puissant, Skoda tire aussi sa force d’une gamme positionnée de manière lisible. Ses modèles sont plus spacieux (mais aussi plus encombrants) et s’en tiennent à une vision assez traditionnelle de la voiture mais ils profitent d’un contenu technologique comparable à celui des Volkswagen sans afficher le même tarif.

Le centre de gravité de la gamme, occupé par l’Octavia − vaste berline plébiscitée par les VTC, les taxis et les amateurs d’achat automobile hyperrationnel − tend à se déplacer vers les SUV Kodiaq ou Karoq. Le rythme soutenu du renouvellement du catalogue, qui verra également apparaître en 2021 une inédite Fabia, petit modèle jusqu’alors assez peu en réussite, a aussi contribué aux performances commerciales.

Les syndicalistes d’IG Metal estiment que Skoda sape les bases du modèle social maison et porte atteinte à l’emploi en Allemagne

Il vous reste 40.73% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.