Automobile : VinFast, une marque vietnamienne à l’assaut du haut de gamme

Il n’y a pas si longtemps, un constructeur automobile vietnamien inconnu affichant pour ambition de prendre pied sur le marché du haut de gamme n’aurait guère été pris au sérieux. Aujourd’hui, l’arrivée, attendue en 2022, de la marque VinFast n’a rien de tout à fait surprenant. La voiture électrique est devenue l’horizon de l’industrie automobile, et les barrières technologiques comme les rentes de situation héritées du règne des motorisations thermiques se fissurent.

Le succès de l’américain Tesla, preuve que les cartes sont en train d’être redistribuées et qu’il existe des places à prendre dans le cercle fermé du premium, a provoqué un afflux d’outsiders. Des nouveaux venus en provenance du high-tech, avec les projets automobiles de Huawei ou d’Apple notamment, mais aussi des acteurs originaires de pays en quête d’un porte-drapeau.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Automobile : DS croit toujours au premium « à la française », face aux berlines allemandes

Depuis son apparition en 2018 au Mondial de l’automobile de Paris, VinFast a mis les bouchées doubles. Une usine capable de produire 250 000 véhicules par an a été construite à Haïphong, dans le nord du pays, pour un investissement de 4,4 milliards de dollars (3,7 milliards d’euros).

Cocher toutes les cases

Après avoir produit en 2020 30 000 unités de modèles thermiques conçus sur des bases techniques BMW et General Motors, le constructeur a présenté, jeudi 23 septembre à Turin (Italie), deux véhicules 100 % électriques qui seront commercialisés fin 2022 aux Etats-Unis, au Canada, en Allemagne, en France et aux Pays-Bas. La gamme s’élargira dans les années suivantes, de même que les pays ciblés.

Développés par VinFast sur une plate-forme spécifique et dessinés par le bureau de design turinois Pininfarina, les modèles e35 et e36 sont de grands SUV. Le constructeur vietnamien s’est évertué à cocher toutes les cases : style consensuel, signature lumineuse en V pour mieux identifier la marque, vaste écran central de 15,4 pouces à l’intérieur de l’habitacle et batteries à très forte capacité (90 et 110 kilowatts-heure) pour assurer une autonomie supérieure à 500 kilomètres.

Lire aussi La part de marché des véhicules électriques a doublé en Europe en un an

Des accords ont été noués avec des équipementiers de renom (Bosch, ZF, Faurecia). Des fournisseurs de batteries ou de systèmes électriques chinois, taïwanais ou israéliens ont été sollicités « en veillant à ne pas dépendre d’une source ou d’une technologie uniques ». VinFast a débauché des spécialistes chez Tesla, Toyota ou Nissan et recruté Michael Lohscheller, l’ancien patron du constructeur Opel, pour diriger ses activités.

La marque, qui ne fournit pas d’objectifs de production ni de tarifs – les caractéristiques des e35 et e36 laissent toutefois entrevoir des prix supérieurs à 30 000 euros –, s’écarte de la stratégie des firmes chinoises MG ou Aiways, qui visent le cœur du marché électrique européen avec des prix agressifs. « VinFast, ce seront des voitures de haut de gamme avec un équipement de premier ordre, mais au bon prix », assure Thomas Chrétien, directeur du marketing de l’entreprise pour l’Europe.

Il vous reste 37.25% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.