Aux Etats-Unis, la Réserve fédérale commence à réduire son soutien à l’économie

A la Bourse de New York, le 3 novembre 2021.

Dix-huit mois après le début de la pandémie de Covid-19, la Réserve fédérale (Fed) a décidé d’alléger son soutien à l’économie américaine. Depuis des mois, l’institution présidée par Jerome Powell est prise en étau entre les pressions inflationnistes et la reprise décevante de l’emploi, entravée par le variant Delta et les goulets d’étranglement dans l’économie.

La banque centrale ne va pas commencer par remonter ses taux d’intérêts, mais par réduire ses achats de bons du Trésor américain, qui atteignent actuellement 120 milliards de dollars (103 milliards d’euros) par mois. Cette mesure, inaugurée après la grande crise financière de 2008, avait été reprise en mars 2020, lorsqu’a éclaté la crise du Covid-19. Elle a permis d’assurer la liquidité sur les marchés et de réduire les taux d’intérêts à long terme exigés par les investisseurs.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Aux Etats-Unis, déconvenue sur le front de l’emploi

Au début de la crise, la Fed avait même étendu son programme d’achats à la dette des entreprises privées. Cette disposition exceptionnelle, interrompue fin 2020, avait permis par exemple de sauver les croisières Carnival, qui ont pu se refinancer, alors que leurs paquebots étaient vides, cloués à quai ou au large de Miami.

Ces mesures se sont traduites par un maintien artificiellement bas des taux d’intérêt à long terme, qui sont normalement déterminés par les marchés (la Fed ne fixe les taux qu’à court terme) et par un financement quasi direct des déficits publics par la Fed, qui acquiert la dette de l’Etat américain. A force de tout acheter, le bilan de la Fed a doublé depuis mars 2020, pour atteindre le niveau astronomique de 8 500 milliards de dollars fin octobre, dont 4 500 milliards de bons du Trésor et 2 500 milliards de créances hypothécaires publiques. A titre de comparaison, le marché total de la dette publique américaine est de 21 900 milliards de dollars, l’équivalent d’un an de produit intérieur brut (PIB).

Les achats de titres (bons du Trésor et prêts hypothécaires publics) seront réduits à 105 milliards de dollars en novembre, à 90 milliards en décembre, et devraient tomber à zéro en juin 2022. La banque précise qu’elle s’ajustera en fonction des circonstances économiques. Au moment de l’annonce de la Fed, le Trésor américain a annoncé un recul de 84 milliards de dollars de ses besoins de financement pour les trois prochains mois, notamment parce que les divers plans Biden ne sont pas votés et que les mesures exceptionnelles pour contrer les effets du Covid-19 arrivent à échéance. Cette annonce permet d’équilibrer le marché, privé des achats de la Fed. Lorsque la Fed a publié son communiqué mercredi 3 novembre, le rendement des taux à 10 ans a progressé de 1,55 % à 1,6 %.

Il vous reste 61.42% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.