Avec l’introduction en Bourse de Teads, le nouveau jackpot de Patrick Drahi

Le fondateur d’Altice, Patrick Drahi (à gauche), et Pierre Chappaz, cofondateur de Teads, lors d’une conférence de presse, le 21 mars 2017, à Paris.

Alors que les marchés financiers s’inquiètent de la propagation des variants du SARS-CoV-2, Patrick Drahi, lui, se frotte les mains. L’investissement qu’il a réalisé dans Teads, ce spécialiste de la publicité ciblée, racheté par Altice en 2017 pour 285 millions d’euros, s’avère plus que payant. L’ex-start up, dont le siège est au Luxembourg, sera prochainement introduite à la Bourse de New York, à un prix de 18 à 21 dollars (15,3 à 17,8 euros) par action.

Lire aussi Derrière le rachat de Teads par Altice, le graal de la publicité ciblée à la télévision

La société, créée par deux Français, Pierre Chappaz et Bertrand Quesada, est valorisée entre 3,5 milliards et 5 milliards de dollars. Objectif de l’opération : lever environ 750 millions de dollars des quelque 38,5 millions de titres mis sur le marché. Pour les propriétaires de Teads, c’est le jackpot. Altice International, qui détient aussi les activités télécoms portugaises et israéliennes du groupe, et propriété de Patrick Drahi, encaissera à elle seule entre 600 millions et 700 millions de dollars.

Altice reste maître à bord

Peut-être cette somme lui permettra-t-elle d’alléger les 6 milliards d’euros de dettes qui pèsent encore sur ses épaules. Toujours au conseil de Teads, Pierre Chappaz, lui, touchera entre 31 millions et 36 millions de dollars. Quant à son actuel patron, Bertrand Quesada, il gagnera 11,4 millions à 13 millions de dollars. Une véritable culbute pour les deux entrepreneurs, qui avaient uni leur destin à l’orée des années 2010.

A l’époque, Pierre Chappaz, qui s’était fait connaître en créant le moteur comparatif Kelkoo en 1999, revendu à Yahoo pour 475 millions d’euros en 2004, tente l’aventure dans les blogs avec Overblog et Wikio. Bertrand Quesada, lui, fait ses armes dans la publicité en ligne avec Ebuzzing. Un mariage qui prendra le nom de Teads en 2014. La société continue ensuite de croître au fil des acquisitions et des levées de fonds. Jusqu’à atteindre une certaine maturité.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Altice n’exclut pas de se séparer de sa régie publicitaire Teads

En 2020, Teads, qui se présente comme une alternative à Google et Facebook en vendant des espaces vidéo aux annonceurs, a généré un chiffre d’affaires de 458 millions d’euros, soit une croissance de seulement 5,2 % en un an. Mais la rentabilité a bondi : l’ebitda (équivalent du résultat brut d’exploitation) a atteint 155 millions d’euros, (+ 90 % sur douze mois). Malgré cette introduction en Bourse, Altice reste plus que maître à bord, et conserve la quasi-totalité des droits de vote. Patrick Drahi y a également installé deux de ses enfants : Graziella Drahi, 28 ans, et David Drahi, 26 ans, siègent désormais au conseil d’administration.