BFM-TV espère avoir trouvé la réponse anti-CNews avec Natacha Polony

Natacha Polony au Festival de Cannes, en mai 2017.

Ne leur dites surtout pas qu’ils lancent l’offensive contre CNews, ils pourraient prendre la mouche. Et pourtant, en modifiant la programmation du début de soirée à partir de la rentrée prochaine, Marc-Olivier Fogiel, qui fête ses deux ans à la tête de BFM-TV, et Hervé Béroud, le directeur de l’information d’Altice Media, qui coiffe aussi RMC, BFM Business et les chaînes locales, réajustent le tir face à la chaîne d’information conservatrice dont les audiences n’ont cessé de progresser tout au long de la saison.

« Nous devons remonter l’audience sur ces quatre fois deux heures (entre 19 et 21 heures) où, du lundi au jeudi, nous ne sommes pas premiers », admet M. Béroud. Sur ce créneau, BFM-TV attire en moyenne 320 000 téléspectateurs, soit moitié moins que CNews. Portée par l’enchaînement de « Face à l’info », avec Eric Zemmour, puis de « L’Heure des pros 2 » de Pascal Praud, la chaîne concurrente séduit chaque soir 620 000 personnes.

Lire aussi La chaîne conservatrice CNews dépasse BFM-TV, la Macronie s’y presse

Pour organiser la riposte, M. Fogiel a d’abord fait le choix du classicisme en recrutant Yves Calvi, dont le rendez-vous « L’Info du vrai », chaque jour à 19 heures sur Canal+, faisait pourtant un flop. « Les gens existent par eux-mêmes. C’est le Calvi de RTL [où il anime la matinale] que je suis allé chercher, pas celui de Canal+ », défend le directeur de BFM-TV.

Fidèle à son style pédagogique, l’ancien présentateur de « C dans l’air » (France 5) reviendra sur l’actualité du jour avec des invités, avant de laisser la place à une heure plus polémique : une émission conçue autour de Natacha Polony, la directrice de la rédaction de l’hebdomadaire Marianne. Car c’est bien la journaliste aux idées politiques tranchées et à la ligne souverainiste, fidèle de l’émission « Face à Duhamel », qui sera la star de ce rendez-vous de 20 heures à 21 heures. Sa mission, commenter et analyser l’actualité, n’a rien de surprenant, mais « elle aura chaque jour des contradicteurs », insiste M. Fogiel.

Calvi, Polony, « deux incarnations fortes »

S’il se défend d’avoir décliné « Face à l’info » à la sauce BFM-TV, le choix d’une émission autour d’une personnalité engagée (dont le nom inclura son patronyme) rappelle pourtant furieusement le programme-phare de CNews autour de l’éditorialiste du Figaro. « Dans l’optique de l’élection présidentielle, nous voulions deux incarnations fortes », résume M. Béroud. Yves Calvi et Natacha Polony doivent séduire le public en nombre, mais aussi le faire rester le plus longtemps possible devant BFM-TV, gage d’une meilleure part de marché.

Il vous reste 45.71% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.