Bienvenue dans l’ère du bébé quantifié !

Le 29 décembre 2020, le bébé de Lucie a tété deux heures et vingt-trois minutes en quatre fois, pour un total de cinquante-quatre minutes au sein gauche, une heure vingt-neuf au sein droit. La petite fille a aussi été changée six fois, dont une couche « mixte » et cinq « mouillées ». Et elle a dormi onze heures et une minute, en six fois. Comment Lucie possède-t-elle ces informations, d’une précision digne d’un chronomètre d’athlétisme, presque un an plus tard ? Parce que dans les méandres brumeux que constituent les premiers mois d’un nourrisson, elle a consigné toutes ces informations dans une application sur son smartphone, Bébé +, synchronisée avec le téléphone de son mari.

Des jours, des semaines, des mois de la vie d’un bébé transformés en chiffres, puis enregistrés et présentés sous forme de graphiques colorés, c’est la proposition d’une série d’applications de « suivi » des nouveau-nés, certaines payantes, d’autres gratuites : Baby Manager, Baby Tracker, Bébé +… On y clique sur des pictos de couches, de soutien-gorge pour la tétée (avec option gauche/droit), de lune pour le sommeil, le tout dans un environnement de couleurs pastel et de photos que l’on glisse soi-même.

Registre des couches

L’Homo sapiens moderne a appris depuis quelques années à mesurer le nombre de ses pas, à vérifier son rythme cardiaque et les calories brûlées pendant son jogging, à caler son sommeil sur les recommandations de son téléphone ; voici désormais qu’il a un autre objet d’étude que lui-même à numériser : son enfant. Il peut tenir le registre des couches avec leur degré de saleté (photos à l’appui) et option « arrosage surprise », chronométrer les pleurs ou la tétée à la minute près. Bienvenue dans l’ère du bébé quantifié.

Lire aussi L’automesure, ce nouveau sport

Ces applications se veulent avant tout une aide pratique pour des jeunes parents soumis à l’équation impossible « attention décuplée/sommeil en voie de disparition ». Xavier Launay a créé en 2009 l’appli Bébé Connect, qu’il a conçue à l’époque « comme un outil de communication » : « Quand j’étais jeune papa, je me levais dans la nuit pour prendre le relais de ma femme, et je ne savais pas si notre enfant avait mangé, s’il avait été changé… Je n’avais pas envie de la réveiller pour lui demander. » Son appli, qui a été téléchargée 1 million de fois depuis sa création, est disponible en 11 langues et compte aujourd’hui 100 000 utilisateurs actifs par mois, dont 80 % aux Etats-Unis. Chez Philips, l’appli Bébé + (22 langues, 1,1 million d’utilisateurs actifs par mois dans le monde, dont 85 000 en France) a été créée « par un couple de parents britanniques qui cherchaient des réponses », explique Kavita Harrison, responsable du service client. De son côté, le gouvernement est en pleine campagne de promotion d’une application et d’un site, 1 000 premiers jours, développés pour guider les jeunes parents depuis le « projet de parentalité » jusqu’aux 2 ans de l’enfant. On y suit un chemin ponctué d’étapes (début de grossesse, accouchement, 0-3 mois, etc.) sur lesquelles on clique pour obtenir informations et conseils. On peut aussi synchroniser son calendrier avec celui de l’appli pour connaître les rendez-vous à venir (pédiatre, vaccins, etc.).

Il vous reste 65.99% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.