Boeing renvoie Starliner, sa capsule spatiale, à l’usine, des mois de retard attendus pour son vol

La capsule Starliner de Boeing, le 2 juin.

La capsule spatiale Starliner de Boeing, dont le décollage vers la Station spatiale internationale avait dû être annulé, la semaine dernière, à cause de problèmes détectés sur le système de propulsion, va devoir retourner à l’usine pour des réparations, a annoncé l’entreprise, vendredi 13 août.

Ce nouveau revers reporte pour au moins plusieurs mois ce vol d’essai crucial pour Boeing et pour la NASA. La capsule va devoir être retirée du sommet de la fusée Atlas V, et retourner dans une usine du Kennedy Center, en Floride, pour être inspectée, a précisé Boeing dans un communiqué.

Lire aussi Le vol d’essai non habité de la capsule spatiale Starliner vers l’ISS retardé

Il est probablement « trop tôt pour dire » si ce vol d’essai non habité pourra avoir lieu cette année, a déclaré lors d’une conférence de presse John Vollmer, vice-président et directeur du programme de vols commerciaux de Boeing. Quatre valves du système de propulsion « restent fermées » malgré les efforts des techniciens pour résoudre le problème, a ajouté Boeing dans son communiqué.

SpaceX confirme son avance

Il s’agit d’un échec majeur pour le groupe, qui enchaîne les déboires avec Starliner. La capsule devait être l’une des deux, avec celle de SpaceX, à permettre à la NASA d’acheminer à nouveau ses astronautes vers la Station spatiale internationale (ISS) depuis le sol américain. Depuis l’arrêt des navettes spatiales en 2011, l’agence spatiale était en effet dépendante des fusées russes.

Si SpaceX a désormais envoyé pas moins de dix astronautes vers l’ISS, dont le Français Thomas Pesquet, Boeing en est encore à devoir réussir son premier vol d’essai inhabité, qui doit prouver que la capsule est sûre. Ce vol test avait été tenté une première fois, en 2019, mais avait alors frôlé la catastrophe, à cause d’un problème de logiciel. Starliner avait dû revenir sur Terre prématurément, et une enquête avait montré par la suite que la capsule avait failli connaître une grave anomalie de vol en entrant dans l’atmosphère.

Lire aussi l’entretien : Thomas Pesquet paré pour un nouveau décollage vers l’espace

Le Monde avec AFP