Bourse : des humeurs, des peurs, des espoirs

Si on peut apprendre à maîtriser ses propres biais psychologiques, ces réflexes qui empêchent d’investir de façon objective, difficile de prédire les états d’âme de centaines de milliers d’inconnus.

Lundi 6 septembre, la semaine commence bien à la Bourse de Paris, le CAC 40 voit rose et gagne presque 1 %. A la veille du week-end pourtant, les marchés avaient reçu une sombre nouvelle : les créations d’emplois aux Etats-Unis ont été, en août, bien moindres que prévu.

Digérée déjà, la mauvaise nouvelle ? Des commentateurs avancent une autre explication : ces résultats décevants sur le plan économique ont nourri les espoirs des investisseurs de voir la Réserve fédérale américaine prolonger sa politique monétaire accommodante… Après tout, bad news is good news (« une mauvaise nouvelle en est aussi une bonne »), dit-on en anglais. Déroutant.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Le retour des Français en Bourse reste à confirmer

Et c’est bien le souci pour qui tente de prévoir les comportements des marchés : leurs réactions sont parfois (souvent ?) contre-intuitives, donnant l’impression que cette Bourse est décidément indomptable. Rien de surprenant : à court terme, les performances boursières ne sont qu’une somme de peurs, d’espoirs, d’anticipations et d’humeurs de centaines de milliers d’individus. Irrationnel.

Apprivoiser la bête

Si à titre individuel, on peut, dans une certaine mesure, apprendre à maîtriser ses propres biais psychologiques, ces réflexes qui empêchent d’investir de façon objective, difficile de prédire les états d’âme de ces autres acheteurs et vendeurs d’actions inconnus. Résultat, un jour ça grimpe, un jour ça dévisse, et il faut faire avec… ou renoncer.

« Avec ses réactions chaotiques, je vois la Bourse comme une sorte de monstre, un animal ne ressemblant à rien de familier, note l’économiste Mickaël Mangot, spécialiste de la finance comportementale. Mais à long terme, cet animal n’est pas malveillant mais docile, avec des performances rassurantes et régulières. »

Tous les articles de notre dossier « Faire ses premiers pas en Bourse »

Qu’en retenir pour l’investisseur en herbe se lançant aujourd’hui en Bourse, qui plus est dans ce contexte incertain ? Si anticiper les fluctuations à court terme relève de la gageure, vous ne perdrez jamais votre temps à apprendre comment fonctionne, techniquement la machine – c’est dans cette optique qu’a été conçu ce dossier visant à accompagner les investisseurs en herbe dans leurs premiers pas sur les marchés.

Pour limiter les déconvenues, mieux vaut comprendre la nature des produits que vous achetez (certains sont diablement complexes), les mécanismes des ordres de Bourse et les frais qui vous seront facturés. Vous ne dompterez pas la bête mais l’apprivoiserez peut-être…

Le Monde