Brexit : des exigences britanniques inacceptables

Editorial. On croyait le cauchemar du Brexit terminé. Il n’en est rien. Tout juste deux ans après sa signature, le 17 octobre 2019, l’accord sur le divorce péniblement conclu entre le Royaume-uni et l’Union européenne est remis en cause par son principal promoteur, Boris Johnson. Le contentieux soulevé par Londres porte sur la mise en œuvre du « protocole nord-irlandais », un volet de l’accord qui prévoit l’instauration de contrôles douaniers pour les marchandises débarquant en Irlande du Nord en provenance de Grande-Bretagne afin de protéger le marché intérieur européen, auquel appartient toute l’île d’Irlande.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Face à Bruxelles, Londres campe sur ses positions sur l’Irlande du Nord

Instaurer une telle frontière de fait en mer d’Irlande était la seule solution pour éviter le rétablissement de la frontière entre les deux Irlandes supprimée par l’accord de paix de 1998. Les contrôles à l’entrée de l’Irlande du Nord, province du Royaume-Uni, résultaient également d’un choix net de M. Johnson : la sortie du Royaume-Uni de l’union douanière européenne. Sa prédécesseure, Theresa May, avait fait le choix inverse, précisément pour éviter une frontière en mer d’Irlande, option, affirmait-elle, qu’« aucun premier ministre britannique n’acceptera[it] jamais ».

Pour décrocher un « Brexit dur », Boris Johnson, lui, a accepté ce compromis qui ulcère les partis unionistes d’Irlande du Nord. Ils y voient une entorse à l’unité du royaume. S’appuyant sur leur discours extrémiste et alléguant les lourdeurs induites par les contrôles, le premier ministre réclame une refonte totale du texte, ce que les Vingt-Sept refusent. Conciliante, la Commission européenne a proposé, mercredi 13 octobre, de réduire de moitié les contrôles douaniers et de 80 % les contrôles sanitaires sur les produits alimentaires.

Lire aussi Bruxelles propose d’alléger les contrôles douaniers en Irlande du Nord

Mais Londres fait de la surenchère en revendiquant la fin de la compétence de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) pour arbitrer les différends commerciaux concernant l’Irlande du Nord. Une exigence inacceptable pour les Vingt-Sept, qui font valoir que le marché unique européen n’est viable que si ceux qui en profitent – parmi lesquels la province irlandaise du Royaume-Uni – sont soumis aux mêmes règles, et donc à l’arbitrage de la Cour de Luxembourg.

Préserver une unité sans faille

Jamais la tension entre l’Union européenne et le Royaume-Uni n’a atteint un tel niveau depuis le Brexit : Londres menace de recourir à l’article 16 de l’accord, qui permet d’en suspendre unilatéralement l’application en cas de « sérieuses difficultés économiques ». Une hypothèse qui pourrait conduire les Vingt-Sept à prendre des sanctions comme l’imposition de droits de douane sur les produits britanniques.

Tout se passe comme si Boris Johnson avait besoin d’entretenir un conflit permanent avec l’UE pour flatter son électorat et faire oublier les conséquences néfastes du Brexit sur l’économie. Les déclarations de son ancien conseiller Dominic Cummings, selon lesquelles il avait, depuis le début, l’intention de bafouer l’accord sur le Brexit qu’il avait accepté uniquement pour gagner les élections de 2019, contiennent probablement une part de vérité : la bonne foi du premier ministre britannique est douteuse.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Au Royaume-Uni, Boris Johnson tente de tirer parti des crises

L’Union européenne doit tenir compte de cette donnée regrettable et rester ferme, tant pour sauvegarder la paix en Irlande que pour défendre le marché unique. Face aux exigences britanniques, les Vingt-Sept doivent faire montre des mêmes vertus que celles qu’ils ont manifestées pendant l’interminable négociation du Brexit : une unité sans faille et l’aptitude aux compromis qui préservent des relations de bon voisinage avec le Royaume-Uni.

Le Monde