Budget 2022 : les limites du « toujours plus de dépenses »

Editorial du « Monde ». Elaborer un budget en fin de quinquennat a tendance à se transformer en un exercice baroque. Déjà en 2017, la Cour des comptes avait pointé l’« insincérité » de la dernière loi de finances du mandat de François Hollande. Emmanuel Macron prend, lui aussi, quelques libertés avec le sérieux budgétaire qu’il revendiquait lorsqu’il avait commandé cet audit sur l’action de son prédécesseur.

Le projet de budget pour 2022, présenté mercredi 22 septembre, innove en faisant l’impasse sur le coût réel des nouvelles dépenses. Les près de 12 milliards d’euros d’augmentation affichés ne comprennent ni le revenu d’engagement en faveur des jeunes ni la première tranche du plan d’investissements destiné à préparer la France de 2030. Ces mesures ne seront annoncées que dans quelques semaines. Elles représentent un surcoût de près de 50 % par rapport au montant annoncé.

Si cette cuisine budgétaire a agacé le Haut Conseil des finances publiques, qui se refuse à se prononcer sur le réalisme des prévisions de déficit pour 2022, elle est surtout le signe qu’en cette fin de quinquennat l’exécutif ne regarde plus à la dépense. Le contexte s’y prête. D’abord, une campagne présidentielle a toujours tendance à désinhiber la majorité sortante en matière d’équilibre des finances publiques. Emmanuel Macron ne fait pas exception.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le dernier budget du quinquennat d’Emmanuel Macron, sous le signe de la dépense

Ensuite, le « quoi qu’il en coûte » présidentiel proclamé en mars 2020 pour amortir le choc de la crise pandémique a troublé les esprits en ce qui concerne les marges de manœuvre financières réelles de l’Etat. Grâce aux politiques accommodantes des banques centrales, l’argent public coule à flots, rendant tout à coup possible ce qu’il ne l’était pas avant la crise. La pédagogie sur l’origine de cet « argent magique » et ses limites a été insuffisante, brouillant ainsi durablement les repères.

Opportunisme budgétaire

Soutenir massivement l’économie qui menaçait de s’effondrer ne souffre d’aucune contestation. En revanche, beaucoup de dépenses pérennes annoncées en sortie de crise pandémique ne sont pas directement liées à celle-ci. L’opportunisme budgétaire dont a fait preuve le gouvernement l’a conduit à augmenter les dépenses ordinaires de 54 milliards d’euros en l’espace de deux ans. Le rythme de progression en Allemagne a été beaucoup moins rapide, creusant un peu plus l’écart entre les deux économies.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2022

Ségur de la santé, revalorisation des salaires des enseignants, aides aux plus précaires, Beauvau de la sécurité, revitalisation de Marseille… prises une à une, ces mesures répondent à des besoins légitimes. Mais, faute de contreparties en termes d’économies sur d’autres postes, elles sont financées par la dette. C’est aujourd’hui le cas pour la moitié des dépenses publiques.

La croissance, qui devrait ralentir dès 2023 pour retrouver son rythme d’avant-crise, ne sera pas suffisante pour assurer la soutenabilité de notre dette, pas plus qu’une hausse de la fiscalité. La faiblesse des taux d’intérêt peut en donner l’illusion. Mais faire reposer la souveraineté du pays uniquement sur cet aléa relève d’un pari très risqué.

La campagne présidentielle ne favorise guère, hélas, la prise de conscience. Les candidats déclarés, de gauche comme de droite, se livrent à une surenchère de promesses, comme s’ils se sentaient délivrés des contraintes du pacte de stabilité européen, qui ne sera renégocié qu’au lendemain de l’élection française.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Election présidentielle 2022 : « Puisqu’il est devenu si facile, si peu coûteux, si normal, d’emprunter, à quoi bon se priver ? »

La question de l’efficacité de la dépense publique, pourtant soulevée depuis des années par la Cour des comptes, est en revanche totalement occultée. Cela promet au président qui sera élu en avril 2022 des lendemains qui déchantent.

Le Monde