Bvlgari réinvente la Dolce Vita Place Vendôme

NOUVEAUTÉ – La célèbre maison horlogère et joaillière ouvre au 23 de la place au cœur du luxe mondial une boutique signée Peter Marino au sein de deux hôtels particuliers classés.

Rénover un monument historique n’est jamais chose aisée, tant les contraintes (logiques) à respecter sont complexes et nombreuses. Quand cela se passe à Paris, et Place Vendôme, c’est une véritable gageure. Après Boucheron et Chaumet, au tour de Bvlgari de réinventer l’un des numéros de l’une des plus mythiques places au monde. Quoi de plus logique, au fond, pour une maison à la fois horlogère et joaillière, reliant ainsi les deux facettes de la place Vendôme en tant que rendez-vous du luxe parisien et mondial?

FRANCESCO LUCIANI

Jadis, en 1979, c’est au sein du Plaza Athénée que le joaillier romain avait ouvert sa première boutique parisienne. Aujourd’hui, pour sa nouvelle «maison» parisienne, c’est à deux pas du Ritz qu’elle s’installe, au numéro 23, au sein de deux hôtels particuliers de la fin du XVIIe siècle, l’Hôtel de Boullongne et l’Hôtel Peyrenc de Moras, reconnus bâtiments historiques en 1930 et restaurés conformément au cahier des charges de la Place Vendôme, notamment en termes de façades.

FRANCESCO LUCIANI

Ici, l’architecte Peter Marino a imaginé un nouveau concept et une nouvelle identité architecturale pour Bvlgari, qui s’inspirent des racines romaines et du patrimoine culturel de la maison romaine, en mettant l’accent sur une approche typiquement italienne de la modernité. La Maison a réuni pour l’occasion des designers et des artisans de renommée mondiale pour concevoir cette adresse unique au cœur du luxe parisien.

Bulgari

Au programme, au sein de cet emplacement emblématique de la Place Vendôme: un voyage évocateur de Rome à Paris, à travers le langage de l’architecture, la décoration d’intérieur et les techniques artisanales traditionnelles. Pour ce faire, l’atelier Chevalier a restauré et réintégré tous les éléments en pierre de la façade, y compris les sculptures, recréant sa géométrie d’origine. L’Atelier Perrault, véritable institution de l’artisanat du bois depuis 1760, s’est occupé de toutes les fenêtres en bois ainsi que de la création de la superbe porte en bois bleu de l’entrée principale, parfaitement fidèle à l’originale. Art Mural a restauré les peintures et les dorures sur les fenêtres en bois et les éléments en fer forgé, les serrures et ferronneries décoratives très complexes et emblématiques ayant été réalisées par VLD Paris.

FRANCESCO LUCIANI

L’impression générale dégagée par cette boutique se veut celle d’une luxueuse maison romaine, le symbole d’un certain art de vivre à la romaine, mais en plein cœur de Paris. Certaines des pièces sélectionnées pour la décorer ont d’ailleurs littéralement voyagé de Rome à Paris. Deux colonnes placées à l’entrée de la boutique, deux vases en porphyre rouge et une console marquetée initialement prévue pour le magasin phare de Rome, au 10 via Condotti, ont trouvé leur place entre les murs de la place Vendôme. Joyau de la boutique, la mosaïque du rez-de-chaussée a été posée par des artisans italiens spécialisés, tandis que plusieurs luminaires rendent hommage au meilleur du design italien (Scarpa, Mangiarotti, Borsani, Ponti..). L’inspiration puisée dans la Ville éternelle et le design italien se retrouvent aussi au travers des images de Rome immortalisées par le photographe canadien Nicolas Ruel.

FRANCESCO LUCIANI

Pour l’architecte Peter Marino, «les plus grands luxes de la vie sont la lumière, l’espace et le temps». En franchissant les portes du 23 Place Vendôme, la lumière éclatante qui pénètre par les 13 fenêtres et les impressionnants puits de lumière met en valeur montres et bijoux. Peter Marino a ainsi sélectionné les matériaux les plus à même de traduire l’éclat, la chaleur et la joie de Rome. «Peignant» avec des marbres spectaculaires de Pavonazzetto ou de Breccia di Seravezza, d’un bois de noyer ultra-raffiné, du fer et du laiton brillant, des soies et des velours opulents, les artisans italiens ont mis leurs talents au service de cette nouvelle adresse d’exception. Même le parquet a bénéficié d’un effet dégradé singulier obtenu en exposant le bois au soleil pendant différentes durées de temps. Il a également été assemblé de manière à former un motif en étoile.

FRANCESCO LUCIANI

À ne pas rater: la salle de pierres précieuses, au sein de laquelle Bvlgari propose pour la première fois un espace dédié à ses créations de Haute Joaillerie, ses bijoux et à ses pierres de couleur. D’ailleurs, tout autour, les références à l’univers de la joaillerie ne manquent pas: même l’escalier suspendu à facettes, composé de marches géométriques en marbre, est encadré par un treillis hexagonal en laiton et en acier inoxydable inspiré d’un bracelet Bvlgari des années 1930 et parsemé d’éléments arrondis inspirés des rubis cabochon lisses et des diamants taille brillant qui embellissent le bijou.