Carburants : combien pèsent les taxes et le cour du pétrole sur le prix à la pompe ?

Pour tenter de calmer le mécontentement croissant d’une partie des Français, le premier ministre, Jean Castex, a annoncé, jeudi 21 octobre, le versement d’une « indemnité inflation » à ceux dont les revenus n’excèdent pas 2 000 euros net mensuels.

Plusieurs voix dans l’opposition ont regretté que le gouvernement ne baisse pas purement et simplement les taxes sur les carburants – TICPE ou TVA – qui comptent pour la plus grande partie du prix à la pompe. Mais une baisse de taxes coûterait « très cher », a justifié M. Castex. De fait, a expliqué Bercy ces derniers jours, une baisse de 1 centime des taxes par litre de carburant engendrerait un manque à gagner d’environ 500 millions d’euros pour les comptes publics. Au lendemain de l’annonce de son premier ministre, Emmanuel Macron a, lui aussi, justifié cette indemnité plutôt qu’une baisse des taxes « Cela coûte beaucoup plus cher. Tous ceux qui appellent à la sagesse en termes de dépenses publiques seraient bien inspirés de regarder ce que cela coûte. »

Cette « indemnité inflation » sera versée à 38 millions de Français pour un coût de 3,8 milliards d’euros. Si une telle somme avait été consacrée à la baisse des taxes sur l’essence, le prix à la pompe aurait baissé de 8 centimes par litre, soit quatre euros pour un plein de 50 litres.

Pour se faire une idée, nous avons développé l’outil ci-dessous pour estimer le coût à la pompe et l’impact sur les finances publiques en fonction de la fiscalité et du prix du baril de pétrole.