Chanel, symbole du rebond du secteur du luxe

La présentation de la collection Croisière de Chanel, à Dubaï (Emirats arabes unis), le 2 novembre 2021.

Chanel a présenté sa collection Croisière à Dubaï, mardi 2 novembre. La maison de haute couture a fait défiler les modèles de demi-saison imaginés par sa directrice artistique, Virginie Viard, lors de deux événements successifs, sur invitation. « Pour la première fois depuis le début de la pandémie, 800 personnes ont pu assister à cette présentation », précise Bruno Pavlovsky, président des activités mode de Chanel et de Chanel SAS.

Un mois après le défilé de la collection printemps-été 2022 qui s’est tenu à Paris, dans le Grand Palais éphémère du Champ-de-Mars, mardi 5 octobre, lors de la Fashion Week, la marque de haute couture a choisi la ville des Emirats arabes unis, dont l’exposition universelle devrait attirer 25 millions de personnes d’ici au 31 mars 2022. A dessein. Le Moyen-Orient représente un « marché clé pour Chanel », souligne le dirigeant.

Lire aussi Chanel table sur une sortie de crise en 2022

Dubaï, dont l’essor immobilier est porté par des milliardaires cosmopolites, est une « plate-forme » qui attire tous les types de clientes « en provenance de Russie, de Turquie et du Liban ». A ce jour, observe M. Pavlosky, « Dubaï est l’un des seuls endroits au monde où un défilé de ce type peut être organisé en toute liberté », compte tenu de « sa bonne gestion de la pandémie » et de l’ouverture de ses frontières aux touristes.

La plupart des signaux sont désormais au vert

Les modèles Croisière de Chanel seront en vente sous peu dans les 200 magasins qu’exploite la marque à travers le monde. Le 6 décembre, autre défilé, autre lieu : à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), dans son nouvel immeuble 19M conçu par Rudy Riciotti, qui réunit plusieurs de ses ateliers et manufactures, sera présentée la collection Métiers d’art, dans laquelle Mme Viard met en lumière le savoir-faire des artisans Chanel, du chapelier Maison Michel, du brodeur Lesage et autres plumassiers, gantiers et plisseurs. Plusieurs centaines d’invités sont attendus.

En 2020, l’entreprise avait essuyé une chute d’activité de 18 %, à 10,1 milliards de dollars (8,3 milliards d’euros)

Faut-il y voir le retour à la normale du secteur du luxe, après la crise ouverte début 2020 par l’irruption de la crise sanitaire ? La plupart des signaux sont désormais au vert. Bien que la marque détenue par les frères Alain et Gérard Wertheimer tienne secrets ses résultats financiers en cours d’exercice, le président de Chanel précise que ceux de 2021 seront « exceptionnels ». En 2020, l’entreprise avait essuyé une chute d’activité de 18 %, à 10,1 milliards de dollars (8,3 milliards d’euros). Cette année, sa « croissance sera à deux chiffres », note Bruno Pavlovsky. Car, malgré l’absence de touristes asiatiques en Europe, la clientèle locale est de retour dans tous les pays où elle est implantée. Le 15 juin, Philippe Blondiaux, directeur financier du groupe, avait prévenu, dans un entretien au Financial Times, que « les ventes de Chanel devraient être de 35 % supérieures à celles de 2020 ».

Il vous reste 44.85% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.