« Chaque pays d’Asie a pris conscience qu’il devait dépenser davantage dans l’innovation »

Si l’Asie a réussi en 2020 à maîtriser rapidement la circulation du virus grâce à des quarantaines strictes, plusieurs pays de la région enregistrent depuis le début de l’année un rebond épidémique. Lors de ses dernières prévisions, en avril dernier, la Banque asiatique de développement tablait sur une croissance de 7,3 % en Asie pour 2021. Mais le retard du continent en matière de vaccination pourrait freiner sa reprise économique, estime Abdul Abiad, responsable des études macroéconomiques à la Banque asiatique du développement.

Le continent asiatique est-il menacé par une nouvelle vague de la pandémie de Covid-19 ?

L’Asie a connu une augmentation du nombre de cas en mars, qui s’est accélérée en avril, mais cela a surtout concerné l’Asie du Sud. La pandémie est désormais en train de reculer partout sur le continent. Les récentes restrictions de déplacement et mises en quarantaine, non seulement en Inde mais aussi en Indonésie et en Thaïlande, ont eu un impact sur l’activité, mais moins que l’année dernière, lorsque les usines étaient fermées et que les gens ne se déplaçaient plus. Les pays ont pris conscience que ce n’était pas viable économiquement, donc les confinements ont été plus localisés et ciblés.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Net rebond de la pandémie en Asie du Sud-Est

Quels sont les pays et les secteurs les plus durement touchés par les mesures de restriction ?

En général, les économies les plus durement touchées sont celles qui dépendent du tourisme comme les Maldives ou les îles du Pacifique. Or, on ne pense pas que l’activité touristique reviendra à la normale de sitôt, en tout cas pas avant que la pandémie ne soit sous contrôle dans le monde entier. Prenez le cas de la Thaïlande, le pays faisait des progrès en matière de vaccination, les autorités avaient prévu de lever les restrictions dans certains sites touristiques réservés aux voyageurs vaccinés, et finalement ils ont abandonné en raison d’une hausse des contaminations.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Un autre tourisme est-il possible ? De la petite station des Alpes jusqu’en Thaïlande, la pandémie de Covid-19 a servi d’électrochoc

Les arrivées de touristes étrangers ont chuté de 90 % à 100 % dans la plupart des pays d’Asie. Cette baisse a des conséquences dans de nombreux secteurs comme l’hôtellerie, les divertissements, les transports, la distribution. Le tourisme intérieur et de courte durée se développe, mais il ne peut pas compenser la chute de fréquentation des voyageurs étrangers. Seuls quelques pays s’en tirent bien à l’instar de la Chine.

Allez-vous réviser à la baisse vos prévisions de croissance ?

Il est probable que nous révisions nos prévisions de croissance de juillet, publiées tous les trimestres, mais nous ne savons pas encore dans quelle direction ! Il ne faut pas oublier que plusieurs pays en Asie enregistrent une croissance meilleure que prévu. Grâce à la forte reprise mondiale, les exportations d’Asie augmentent très rapidement, notamment dans les secteurs de l’électronique et des biens de consommation en général. Cela bénéficie surtout à la Chine, à la Corée du Sud, à Taïwan ou encore au Vietnam.

Il vous reste 43.75% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.