Cinq parcs zoologiques à visiter cet été

LA LISTE DE LA MATINALE

Et si vous profitiez de l’été pour arpenter un parc animalier ? Pour découvrir des petites panthères des neiges, un ourson polaire ou un bébé lynx, on vous indique la direction.

• A Doué-la-Fontaine, deux panthères des neiges

Jangali et Makalu, les deux panthères des neiges nées le 23 mai 2021.

Quand verra-t-on leur museau à l’air libre pour la première fois ? Au Bioparc de Doué-la-Fontaine (Maine-et-Loire), les yeux sont braqués sur une petite trappe par laquelle passeront d’ici peu Jangali et Makalu, les deux petites panthères des neiges nées le 23 mai dans une sorte de nid aménagé pour leur mère, Junga. Seuls seize de leurs congénères sont nés dans les douze derniers mois dans un parc animalier en Europe. Dans les montagnes d’Asie centrale, l’espèce, menacée, ne compterait plus que quelque 6 500 individus. A Doué-la-Fontaine, les deux (gros) chatons, observés par des caméras, commencent sérieusement à gigoter. « Pour l’instant, ils sont un peu comme des chiots, rase-mottes et un peu patauds, mais dans un mois, ce sera la folie dans l’enclos ! », prévoit Elodie Flautre, responsable animalière. Le site, creusé dans le falun angevin, a été aménagé en petites falaises. Leur futur terrain de jeux.

Bioparc de Doué-la-Fontaine (Maine-et-Loire). Horaire d’été : 9 heures à 19 h 30. Tarif plein : 23,90 euros. www.bioparc-zoo.fr

A Mulhouse, un ourson polaire

Kara, l’oursonne du Parc zoologique et botanique de Mulhouse, le 4 avril 2021.

Elle est le second ourson de Sesi et Vicks, l’un des deux seuls couples d’ours polaires à avoir eu une descendance en France. Kara est née en novembre au Parc zoologique et botanique de Mulhouse (Haut-Rhin). Son enclos de 2 000 mètres carrés, rénové en 2014, est relié à une « loge de maternité » dans laquelle sa mère a pu complètement s’isoler pendant trois mois, l’une des clés de la réussite, pour l’allaiter. Kara peut désormais apprendre à pêcher dans le bassin vitré où barbotent des truites. Un moment choisi par les deux animatrices du zoo pour expliquer l’impact du réchauffement sur la fonte des glaces arctiques, le milieu naturel des ours polaires. « C’est à cette condition que ces animaux ne sont pas des mascottes mais des ambassadeurs du changement climatique », explique Brice Lefaux, vétérinaire et directeur du zoo. Après avoir fait connaissance avec Kara, les visiteurs verront-ils d’un autre œil la transformation de la banquise en glaçons ?

Parc zoologique et botanique de Mulhouse (Haut-Rhin). Horaires d’été : 9 heures-19 heures Tarif plein : 16,50 euros. www.zoo-mulhouse.com

Il vous reste 58.66% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.