CMA-CGM s’engage dans le redressement de Brittany Ferries

Le porte-conteneurs « Jacques-Saadé » de CMA-CGM débarque dans le port du Havre, dans le nord-ouest de la France, le 21 janvier 2021.

L’armateur CMA-CGM vole au secours de Brittany Ferries, en grande difficulté, et les deux entreprises en profitent pour nouer un « partenariat commercial », notamment dans le fret à destination du Royaume-Uni. Les termes de l’accord ont été dévoilés, mardi 14 septembre, dans le cadre des Assises de l’économie de la mer, qui réunissaient le secteur à Nice jusqu’au 15 septembre.

Avec des passagers à 85 % britanniques, la compagnie de ferries créée en 1972 à Roscoff (Finistère) avait déjà été fortement secouée par le Brexit à partir de 2016. La pandémie de Covid-19 a précipité l’effondrement de son cœur d’activité : le trafic de passagers transmanche. Le nombre de voyageurs a chuté, passant de 2,5 millions en 2019 à 750 000 un an plus tard et à moins de 550 000 cette année. Il a entraîné une perte de 220 millions d’euros sur les exercices 2019 et 2020, et un recul de 57 % du chiffre d’affaires l’an dernier.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Roscoff, Brittany Ferries traverse « la pire crise de son histoire »

La situation doit s’améliorer en 2022 et la vente de billets repart, note-t-on chez Brittany Ferries. En attendant l’éclaircie, le gouvernement et les élus locaux ont dû financer le sauvetage de l’entreprise et de ses 2 474 salariés : fin 2020, elle cumulait 173 millions d’euros d’aides d’urgence de l’Etat, auxquels s’ajoutaient 85 millions d’euros versés par les régions Bretagne et Normandie. Lors de son intervention devant les Assises de l’économie de la mer, mardi, le président de la République a salué « ce formidable accord » et s’est déclaré « indéfectiblement aux côtés de nos amis bretons ».

Donner confiance aux actionnaires

Au début de l’été, le PDG du géant marseillais CMA-CGM, Rodolphe Saadé, et le président du conseil de surveillance de l’armateur breton, Jean-Marc Roué, ont engagé des discussions sur un « accord synergies » dans plusieurs domaines : la coopération dans le fret, le partage d’expérience dans l’utilisation de navires propulsés au gaz naturel liquéfié (GNL), comme la sécurité et la formation des équipages, et un soutien financier de CMA-CGM.

L’investissement de 25 millions d’euros du numéro trois mondial du transport de conteneurs dans Brittany Ferries est une bouffée d’oxygène au moment où celui-ci cherche à lever 50 millions d’euros d’obligations convertibles en actions. CMA-CGM souscrira pour 10 millions d’obligations et accordera un prêt de 15 millions remboursable entre cinq à huit ans, après remboursement du prêt garanti par l’Etat de 117 millions d’euros octroyé à Brittany Ferries. Un de ses dirigeants siégera au conseil de surveillance du groupe de Roscoff.

Il vous reste 51.04% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.