Collaborations, séries limitées… Le catalogue d’Ikea s’agrandit

Par

Publié aujourd’hui à 15h00, mis à jour à 15h48

Quand il était enfant dans les années 1990, Harry Stayt avait l’habitude de s’installer avec ses parents dans le canapé de leur maison de High Wycombe, en banlieue londonienne, pour regarder une émission de la BBC consacrée au réaménagement d’intérieur à petit budget, « Changing rooms ». Ses parents ont fini par se lasser, mais Harry a continué à regarder le programme tout seul, jusqu’à sa dernière diffusion, en 2004.

En feuilletant les catalogues Ikea qui traînaient chez ses parents, il a un jour réalisé que la majeure partie du mobilier qui le fascinait à l’écran provenait des stocks du géant suédois. Du mobilier expérimental, bien plus original que ce qu’il voyait entre les murs du domicile familial. Sa vocation était scellée.

Des meubles vintage vendus en quelques jours

Devenu étudiant au Camberwell College of Arts à Londres, Harry Stayt a continué à explorer les multiples facettes de la marque suédoise. Au cours d’un voyage à Älmhult – petite ville où Ikea a son siège créatif –, il chine une quarantaine de catalogues des années 1970 avant de commencer à collectionner des meubles des dernières décennies. Et, en novembre 2020, alors qu’Harry tourne en rond chez lui pendant le confinement, il décide de revendre sa collection sur un site qu’il baptise « Billy » (billy.forsale), du nom de la plus célèbre étagère d’Ikea…

En quelques jours, tout est parti. Harry se met alors en quête de nouvelles pièces, remises en vente depuis ce lundi 7 juin, parmi lesquelles deux fauteuils Impala des années 1970, des lampes en papier Tirim de 2001 et toujours de vieux catalogues, sur lesquels se ruent des fanatiques du monde entier, malgré des frais de port parfois exorbitants…

D’autres pièces Ikea vintage ont également envahi les sites de vente en ligne spécialisés dans le design (Pamono, Selency ou Barnabys). Les prix peuvent flamber, même pour des objets récents. Ainsi du tapis Keep Off issu de la capsule imaginée avec l’architecte et designer américain Virgil Abloh (fondateur de la marque Off-White et directeur artistique de Louis Vuitton Homme), vendu 500 euros lors de son lancement, il y a deux ans, dans les boutiques Ikea et aujourd’hui mis à prix à 3 000 euros sur eBay…

Collaboration Ikea × Virgil Abloh : tapis Markerad (2019).

Si l’enseigne de mobilier la plus mainstream au monde continue de générer du désir, c’est en grande partie grâce à ce type de collaborations. Celle avec Virgil Abloh a déclenché des émeutes dans certains magasins. En France, un système de tirage au sort a même été mis en place, clin d’œil à la pratique de marques de streetwear, comme Supreme.

Il vous reste 76.96% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.