Combien Amazon doit-il payer pour financer les films et séries français ? Le montant fait débat

Combien de films et séries français Amazon doit-il produire chaque année ? A priori, cette question a été tranchée fin juin dans un décret : les plates-formes de vidéo à la demande par abonnement comme son service Prime Video doivent consacrer 20 % de leur chiffre d’affaires à des contenus originaux européens, dont 85 % de français. En transposant la directive européenne sur les services de médias audiovisuels de 2018, ce texte fait entrer les nouveaux entrants dans l’exception culturelle, selon laquelle les diffuseurs financent la création locale… Toutefois, le cas du service d’Amazon pose un problème particulier : il n’est pas vendu comme un abonnement à part, à l’image d’un Netflix, facturé entre 8,99 euros et 17,99 euros par mois. En effet, il est intégré à Prime, un bouquet de services qui, pour 5,99 euros par mois ou 49 euros par an, propose aussi la livraison rapide de colis, un service de musique, des jeux vidéo, etc.

Lire aussi Vidéo à la demande : Amazon défie Netflix dans le monde entier

Comment alors calculer les obligations ? Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) est chargé de fixer leur montant dans une convention signée avec chaque plate-forme, d’ici fin octobre. Les discussions sont en cours avec Amazon mais certains s’inquiètent déjà d’une possible sous-évaluation. « Depuis le printemps, on sait qu’un gros enjeu de la transposition de directive SMA en France, c’est le niveau des obligations de Prime Video. Leur niveau ne peut pas être totalement décorrélé de celles d’acteurs concurrents car, pour le consommateur, l’offre d’Amazon n’est pas loin de celle d’un Netflix », estime Thomas Anargyros, président de l’Union syndicale de la production audiovisuelle (USPA).

Une minorité du chiffre d’affaires de Prime

« Le service d’Amazon est de qualité, on ne voit pas pourquoi il serait valorisé beaucoup moins que ceux de “pure players” dont l’activité principale est la vidéo, comme Netflix. Dans les bouquets de services comme Prime, la vidéo sert de cadeau bonus et de produit d’appel à d’autres activités », ajoute Pascal Rogard, directeur général de la société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD). La question du bouquet se pose aussi pour AppleTV +, vendu avec Apple Music, Apple Arcade et iCloud pour 14,95 euros par mois, mais ce service est aussi disponible seul pour 4,99 euros par mois et il est moins développé.

Dans le cas de Prime Video, l’enjeu du calcul se chiffre en dizaines de millions d’euros, voire plus. A titre de comparaison, la ministre de la culture, Roselyne Bachelot, a estimé sur France Inter fin 2020 que Netflix devrait investir « 150 à 200 millions d’euros par an ».

Il vous reste 52.42% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.