Coupe du monde de football 2022 : « Nous ne devrions pas avoir à décompter les morts causés par les chantiers d’une Coupe du monde »

Tribune. Le coup d’envoi de l’Euro est lancé et ranime la ferveur du sport le plus populaire. Mais derrière la joie de jouer au ballon rond et de soutenir son équipe, un drame est en train de se jouer pour l’organisation de la prochaine compétition internationale : la Coupe du monde au Qatar du 21 novembre au 18 décembre 2022.

Selon les révélations du Guardian, depuis l’attribution de la compétition à l’émirat, plus de 6 500 travailleurs migrants sont morts au Qatar et sur les chantiers des stades et infrastructures construits pour le championnat. Une question macabre trouble l’euphorie générale : peut-on jouer au foot sur des cadavres ?

Lire aussi Mondial 2022 : les damnés de Doha

L’attribution de la Coupe du monde à un pays désertique a indiqué d’emblée que la priorité était vraisemblablement donnée aux profits plutôt qu’aux conditions sociales et environnementales. De fait, les travailleurs migrants qui opèrent sur les chantiers pour la construction des infrastructures de la Coupe payent le plus lourd tribut.

De terribles et dramatiques conditions de travail

Pour construire des stades, des autoroutes, et même des villes entières, des milliers d’hommes sont exploités sur des chantiers après s’être vus confisquer leurs passeports, se retrouvant ainsi totalement à la merci de leurs employeurs. Ils travaillent entre 66 et 77 heures par semaine, sans eau ni ombre, sous un soleil de plomb. Logés dans des taudis, certains travailleurs n’ont pas été payés pendant plusieurs mois.

Parmi ces entreprises qui exploitent ces travailleurs se trouvent de nombreuses entreprises européennes : au moins 11 d’entre elles opèrent sur les chantiers de la Coupe du Monde. L’association Sherpa tirait déjà la sonnette d’alarme en 2015 avec une première plainte pour travail forcé et réduction en servitude contre Vinci et les dirigeants français de sa filiale qatarie QDVC. Le Comité contre l’esclavage moderne (CCEM) a depuis rejoint le combat, ainsi que plusieurs anciens travailleurs de QDVC.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les tout petits pas de l’émirat

Le dossier est encore en cours d’instruction. Malheureusement, le temps judiciaire, qu’il se prolonge par manque de moyens ou d’envie politique, n’est en effet pas adapté aux besoins des victimes. Ces graves violations des droits de l’homme démontrent la nécessité de se donner les moyens légaux de prévenir, sanctionner et réparer les atteintes aux droits humains et à l’environnement, qu’ils soient liés à la Coupe du monde ou à toutes autres activités.

La responsabilité des multinationales et de la FIFA

Il vous reste 53.66% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.