Covid-19 : « Il ne faut pas opposer bureau, télétravail et hôtel, car ces options sont très complémentaires »

Tribune. Dans le secteur de l’hôtellerie, le Covid-19 a apporté une véritable réflexion sur la flexibilité et la polyvalence. Ce virus a chamboulé nos vies, notamment pour l’organisation des séjours et des déplacements, qu’ils soient professionnels ou de loisirs. Accélérant une mutation déjà amorcée avant la crise, l’hôtel devient un lieu de vie et le poumon du quartier de demain. Le client doit y trouver un accueil, de l’empathie, un sourire et de l’attention, qu’il vienne de loin ou de l’immeuble d’à côté.

Il faut dire que l’hôtellerie a déjà connu de grands sursauts par le passé. Il y a quinze ans, l’arrivée des OTA [Online Travel Agency], plates-formes de distribution d’offre hôtelière en ligne (Booking.com, etc.), bouleversait les habitudes. Finalement, cette arrivée a permis d’atteindre des niveaux de taux d’occupation souvent inégalés auparavant et de procurer un chiffre d’affaires additionnel. L’arrivée d’Airbnb devait tuer l’hôtellerie. Cela a plutôt conduit les hôteliers à repenser leurs modèles et à proposer de véritables expériences de séjour. Au fond, chacun de ces séismes a stimulé l’innovation jusqu’au sein des plus grandes marques de l’hôtellerie internationale.

Pour se projeter dans l’hôtellerie de demain, il ne faut jamais oublier que l’hôtel est un lieu de vie et de services qui permet et permettra d’accueillir une population itinérante toujours présente, sans doute plus importante et plus diverse dans ces profils et ses attentes.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Des projets qui ont un impact positif, c’est aussi ça que nous demande la pandémie » : Valéry Grégo, penseur de l’hôtellerie de demain

La crise n’a pas atténué le décalage entre une demande d’hébergement, qui a tendance à croître chaque année depuis dix ans sur le continent européen, et une offre d’hébergement contrainte par des réserves foncières extrêmement limitées en centre-ville et en périphérie des agglomérations en Europe. Reste que l’hôtellerie évolue. Elle est plus décloisonnée, plus flexible ! Cette nouvelle hôtellerie prend encore davantage en compte les critères environnementaux et sociaux.

Mixité d’usages

Les trois objectifs principaux de l’hôtellerie de demain consistent à répondre aux nouveaux enjeux de la mobilité et de l’hébergement des personnes itinérantes, à accompagner la mixité des espaces immobiliers et à accélérer la rénovation, la transformation et la réversibilité des actifs avec la rénovation de bâtiments obsolètes, axés sur une démarche citoyenne, environnementale, sociale et de gouvernance.

Avec des chambres, des espaces communs à vivre et du service, l’hôtel est certainement l’actif immobilier le plus facile à transformer

Il vous reste 56.39% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.