Covid-19 : les personnes en grande précarité « ont été les oubliées de la vaccination »

Un sans-abri parle avec le personnel de Médecins sans frontières (MSF) dans un centre médical MSF qui vaccine à Paris, le 11 juin 2021.

Sous la tente de la clinique mobile installée par Médecins sans frontières (MSF) dans le 19e arrondissement de Paris, Sadar, un demandeur d’asile afghan de 33 ans, vient tout juste de recevoir sa première dose de vaccin contre le Covid-19. « J’ai eu le Pfizer. Je suis l’actualité et c’est ce vaccin-là que je voulais », se réjouit-il en attendant que s’écoulent les quinze minutes d’observation qui suivent l’injection. Autour de lui, d’autres Afghans attendent eux aussi d’être vaccinés.

Tous logent dans le bâtiment d’en face, un centre d’expositions situé près de la porte de la Villette, qui accueille depuis plusieurs mois des migrants sans solution d’hébergement. La veille, les équipes de MSF sont passées faire de la sensibilisation afin d’expliquer que le vaccin était gratuit et accessible à tous. « Je l’ai fait pour moi et pour protéger les autres », dit Sadar. En quelques minutes à peine, la clinique mobile permet aux personnes sans couverture sociale de se faire vacciner et de prendre rendez-vous pour la seconde dose.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Comment la crise sanitaire a aggravé la pauvreté en France

Depuis le début du mois de juin, les autorités sanitaires et des associations de terrain, comme MSF et la Croix-Rouge, ont débuté une campagne de vaccination à l’intention des populations les plus éloignées des services de santé, à la fois les personnes sans-abri et celles qui logent dans des structures d’habitat collectif. Vendredi 25 juin au soir, les associations recensaient 706 personnes ayant reçu une première injection à Paris et dans les départements de la petite couronne.

Bruno Morel, le président d’Emmaüs Solidarité – qui gère des maraudes, des accueils de jour et des centres d’hébergement –, analyse ce nombre comme une « nette évolution ». « Nos indicateurs, qui étaient très inquiétants au mois de mars, se rétablissent », explique-t-il. A ce stade, néanmoins, l’enjeu reste immense : au total, d’après les chiffres du ministère de la santé, plus de 350 000 personnes, qu’elles soient françaises ou étrangères, sont identifiées comme vivant à la rue, dans un squat, en hébergement d’urgence ou dans les logements réservés aux demandeurs d’asile.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Contre le Covid-19, la priorité des priorités est de vacciner les plus précaires »

Promiscuité inévitable

Lors du lancement de la campagne vaccinale, en janvier, les associations ont réclamé, en vain, le placement des personnes en situation de grande précarité sur la liste des publics prioritaires. Seuls les résidents des foyers de travailleurs migrants de plus de 60 ans ont pu être vaccinés dès le mois de février. Pour les autres, il fallait suivre le calendrier vaccinal classique, en fonction des critères d’âge et de comorbidité définis au niveau national. Or, « les personnes à la rue n’atteignent généralement pas 55 ans. Elles ont été les oubliées de la pandémie et de la vaccination », estime Cristiana Castro, responsable d’activité Covid en Ile-de-France pour MSF.

Il vous reste 49.84% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.