Covid-19: les tests rapides enfin pris en compte dans les statistiques officielles

Au 18 novembre, on dénombre 50 tests antigéniques différents disponibles en France. La population qui peut en bénéficier a été élargie.

Mardi 17 novembre, le nombre quotidien de personnes positives au Covid-19 a fait un bond spectaculaire, à 45.522 cas positifs contre 9406 la veille. Il ne s’agit toutefois pas d’une reprise épidémique majeure… mais d’un rattrapage informatique! Ce dernier comptage intègre en effet pour la première fois les résultats des tests antigéniques rapides autorisés en France depuis octobre, soit 32.935 cas positifs, précise Santé publique France (ce chiffre vient ainsi s’ajouter aux 12.587 cas identifiés mardi par tests PCR «classiques»).

» LIRE AUSSI – Tests antigéniques: comment les médecins, les pharmaciens et les infirmiers s’organisent

Depuis que les pharmacies ont obtenu le droit d’effectuer ces tests rapides mi-octobre, leur nombre n’a cessé d’augmenter: 107 cas positifs enregistrés la semaine du 19 octobre, 2 534 la semaine suivante, puis 8 691 pour la première semaine de novembre, etc.

Après ce hoquet sur les statistiques, il ne devrait plus y avoir d’aberration dans le recensement. La comptabilisation sera quotidienne. Les pharmaciens, les infirmiers et les médecins ont depuis le début de la semaine le droit de remplir les résultats des tests rapides directement dans la base de données nationale SI-DEP (Système d’information national de dépistage populationnel), à côté des cas positifs aux tests PCR effectués par les biologistes. C’est même une obligation puisqu’il s’agit de la condition sine qua non pour que les professionnels de santé de ville puissentêtre rémunérés pour la réalisationde ces tests, précise un document du ministère de la Santé et de l’AP-HP.

» LIRE AUSSI – Les fabricants de tests antigéniques en ordre de bataille

Au 18 novembre, on dénombre 50 tests antigéniques différents disponibles en France. La population qui peut en bénéficier a été élargie. Les personnes de plus de 65 ans et celles qui présentent un facteur de comorbidité (hypertension, diabète, etc.) ont à présent le droit de recourir à un test antigénique, à condition que des symptômes soient déclarés depuis moins de quatre jours. Mais le résultat ne pourra être validé que s’il est positif. Le risque de faux négatif est en effet trop grand. En cas de test négatif, les personnes à risque devront être orientées vers leur médecin traitant. Il leur est conseillé sinon de vérifier ce diagnostic par un test PCR. Les cas contacts restent eux «interdits» de test rapide en raison de ce manque de fiabilité des résultats négatifs.

155.000 tests antigéniques réalisés en pharmacie

Actuellement, les tests rapides sont effectués gratuitement dans quelque 6000 pharmacies en France mais près de la moitié «des 22.000 officines devraient les proposer début décembre», indique Bruno Maleine, président de l’Ordre des pharmaciens en Île-de-France. Au total, environ 155.000 tests antigéniques ont déjà été réalisés en pharmacie, ce qui permet d’estimer leur taux de positivité autour de 22 %. En outre, «550.000 tests antigéniques ont été distribués aux professionnels de santé, dont 166.000 aux médecins», ajoute Bruno Maleine. Les infirmiers et les médecins de ville peuvent demander chaque jour une boîte de 25 tests sans rien payer, les pharmaciens étant alors directement remboursés par l’Assurance-maladie.