Crise de la fiction chez Danmarks Radio, le créateur de « Borgen » et de « The Killing »

Sofia Helin dans la série danoise « Bron », actuellement disponible sur Arte.tv.

Borgen, The Killing, Bron, Les Héritiers, Les Initiés… Toutes ces séries danoises ont un point commun : elles sont sorties de l’incroyable fabrique à succès internationaux qu’a longtemps été le département fiction du groupe audiovisuel public Danmarks Radio (DR), véritable machine à remporter des Emmy Awards.

Aujourd’hui, le bateau amiral de la télé danoise vacille. Le 13 septembre, le directeur de la fiction, Christian Rank, a été remercié. Deux semaines plus tôt, ce producteur, nommé à la tête de « DR Drama » en 2018, avait annoncé l’annulation de la série Leonora Christina : un biopic ambitieux, consacré à la vie de la comtesse de Schleswig-Holstein, fille du roi Christian IV, qui a écrit Jammers Minde, un des classiques de la littérature danoise, depuis sa prison à Copenhague, où elle a passé plus de vingt ans.

Onde de choc

La série devait sortir en 2024. Le tournage devait commencer dans quelques semaines. DR a invoqué deux raisons pour justifier l’annulation. D’une part, « il est devenu clair qu’il ne serait pas possible de réaliser le projet et en même temps de rester dans le cadre financier donné », précise le communiqué de presse. Ensuite, le groupe dit avoir eu des difficultés à recruter « des forces expérimentées nécessaires pour diriger une production de cette ampleur ». En cause : « La demande mondiale très élevée pour la fiction télévisée. »

Il y a quelques années encore, producteurs et chaînes de télé venaient du monde entier pour étudier le « modèle danois »

L’annulation de la série, puis le limogeage du directeur de la fiction ont provoqué une onde de choc au Danemark. DR Drama y a le statut d’institution ayant contribué au rayonnement du pays et de sa culture à l’étranger. « Le phare est en train de s’effondrer », titrait ainsi le quotidien Politiken, le 13 septembre.

Il y a quelques années encore, producteurs et chaînes de télé venaient du monde entier pour étudier le « modèle danois » : des séries produites en interne, avec des scénaristes embauchés dès les premières phases du projet ; des personnages complexes ; la petite intrigue mêlée à la grande, suivant les rebonds de l’actualité et racontant des histoires universelles.

Alors que s’est-il passé ? DR a d’abord fait un choix, selon Jakob Isak Nielsen, professeur d’étude des médias, à l’Université d’Aarhus : « Avec le désir de ne pas se limiter au genre du Nordic noir, la chaîne a réalisé récemment des séries assez sombres, de qualité, mais qui n’ont pas eu un succès aussi large auprès du public et ont peut-être moins bien voyagé. »

Il vous reste 45.44% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.