Crise des sous-marins : « L’industrie d’armement reste en grande partie sous le contrôle de l’Etat »

Tribune. Le corps des ingénieurs de l’armement a été créé en France en 1968 par regroupement de corps militaires beaucoup plus anciens : ingénieurs des poudres, du génie maritime, de l’air, des fabrications d’armement, etc. La loi fondatrice leur donne une mission très large : « Ils participent à la conception et à la définition des programmes d’armement ; ils en préparent, dirigent et contrôlent l’exécution scientifique, technique et industrielle », mission qu’un décret de 2008 résume comme l’exercice des « fonctions de direction, de contrôle, d’inspection et de coordination dans toutes les activités relatives à l’armement ». Ce corps se recrute toujours majoritairement, avec une petite vingtaine de places par an, à la sortie de l’Ecole polytechnique, qui justifie ainsi, pour une faible part de ses élèves, son statut militaire.

Lire aussi (1967) : La fusion des corps d’ingénieurs de l’armement vise à améliorer les perspectives de carrière

Ainsi, les ingénieurs de l’armement conçoivent les programmes d’armement, les mettent en œuvre industriellement et surveillent leur exécution. Ils sont à la tête de la Direction générale de l’armement (DGA), créée en 1961, chargée à la fois de l’équipement des forces armées et de la promotion des exportations d’armement.

Mais ils sont aussi nombreux, à la direction des entreprises industrielles, qui répondent aux commandes de la DGA. Arracher de gros marchés à l’étranger repose moins sur une pression politique exogène que sur une véritable culture commune au milieu. Ce mélange des genres est d’autant plus naturel qu’une grande partie des industries d’armement sont publiques. Les manufactures d’armes, les poudreries, les arsenaux de la marine l’étaient de manière séculaire ; d’autres usines de guerre et les constructeurs aéronautiques s’y sont ajoutés avec les nationalisations du Front populaire en 1936.

L’influence des polytechniciens

Encore aujourd’hui, malgré les politiques de privatisations massives menées depuis trente-cinq ans dans le secteur public, l’industrie d’armement reste en grande partie sous le contrôle de l’Etat. Le groupe Nexter, héritier des manufactures d’armes intégrées ensuite dans GIAT Industries, rassemble pour l’essentiel les fabrications d’armement terrestre (fusils, canons, chars, etc.), ainsi que, depuis la reprise de la Société nationale des poudres et explosifs (SNPE) en 2013, les usines de munitions ; les effectifs salariés ont considérablement fondu, de plus de 18 000 au début des années 1990 à 3 300 aujourd’hui en France, malgré des activités conservées sur ses sites historiques de Bourges, Tulle ou Roanne. Depuis une fusion avec l’entreprise allemande Krauss-Maffei Wegmann (KMW) en 2015, Nexter dépend d’une société holding de droit néerlandais, dont le capital fait l’objet d’un étonnant partage à égalité entre l’Etat français et la famille propriétaire de KMW ; l’entreprise est dirigée par un polytechnicien ingénieur de l’armement venu d’Airbus, où il pilotait les activités spatiales, après avoir été conseiller du ministre de la défense Charles Millon en 1996.

Il vous reste 49.46% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.