« Darlan, le troisième homme de Vichy », sur Histoire TV : un amiral en eaux troubles

Portrait non daté de l'amiral François Darlan (1881-1942).

HISTOIRE TV – VENDREDI 15 OCTOBRE À 20 h 50 – DOCUMENTAIRE

Ce n’est pas un hasard si ce documentaire consacré à François Darlan (1881-1942) est dédié à l’historien américain Robert Paxton. Ce dernier avait, dans son célèbre ouvrage La France de Vichy, 1940-1944, traduit en 1973, souligné le rôle fondamental mené par l’amiral dans la politique de collaboration et la persécution des juifs en France.

Dans la mémoire collective, Darlan reste une figure floue, reléguée dans l’ombre de Pétain et Laval. Sa période de pleins pouvoirs en tant que vice-président du conseil des ministres n’aura certes pas duré longtemps (février 1941-avril 1942). Mais lors de ces quelques mois, Darlan fera basculer Vichy dans la collaboration la plus étroite avec l’Allemagne.

Eclairé par une demi-douzaine d’historiennes et d’historiens, enrichi d’archives filmées mais aussi sonores (permettant de découvrir la voix aigrelette de Darlan), ce documentaire de Jérôme Prieur dresse un portrait minutieux de ce personnage opportuniste et, à travers lui, analyse les méthodes de travail du gouvernement de Vichy, composé notamment de jeunes et souvent brillants technocrates.

« Un véritable opportuniste »

Fils d’un ancien ministre de la justice de centre gauche, Darlan, amiral d’une marine française bénéficiant encore d’un certain prestige après la débâcle de 1940, entre au gouvernement de Pétain dès le début. Mais ce n’est que lorsque Pierre Laval est renvoyé, en décembre 1940, que cet homme impénétrable, calme et calculateur, se voit confier les pleins pouvoirs par Pétain. Le maréchal a 85 ans, l’amiral, officiellement désigné comme son dauphin, 60.

En attendant son heure, il fait le sale boulot. Créateur du Commissariat général aux questions juives, partisan d’une étroite collaboration économique et militaire avec l’Allemagne, Darlan incarne le tournant répressif du régime. Anglophobe, inquiet de la possible déchéance impériale française, il a une vision précise de ce que doit être la place de la France dans la future Europe allemande.

Lire la critique de « Ma vie dans l’Allemagne d’Hitler » : Au cœur du IIIe Reich, prison à ciel ouvert

A la mi-mai 1941, l’amiral est reçu par Hitler à Berchtesgaden. Quelques mois plus tard, on retrouvera ce même Darlan face à Eisenhower à Alger, lors du débarquement des troupes alliées en Afrique du Nord en novembre 1942 ! Entre ces deux rencontres hautement symboliques, Darlan aura été relevé de ses fonctions par Pétain début 1942.

Dans une lettre adressée au président Roosevelt, un amiral américain écrit : « Darlan est un véritable opportuniste. Dès qu’il aura reconnu avec précision le char du vainqueur, il grimpera dessus ! » Le 24 décembre 1942, Fernand Bonnier de La Chapelle, jeune royaliste âgé de 20 ans, abat Darlan à Alger. Deux jours plus tard, il sera exécuté. Aujourd’hui encore, le mystère plane concernant les commanditaires de l’élimination de Darlan : résistants, collabos, services secrets britanniques ?

Darlan, le troisième homme de Vichy, documentaire de Jérôme Prieur (Mélisande Films Fr. ; 2021, 70 min). Histoire TV Replay 60 jours