De loin en Loing

Par

Publié aujourd’hui à 00h15

C’était le rêve d’Henri IV. Relier la Seine à la Loire, pour accélérer l’acheminement des denrées et des produits d’une province du royaume à l’autre. Plus de quatre siècles plus tard, les conteneurs filent sur l’autoroute, mais ce voyage s’accomplit désormais à vélo, par la vallée du Loing, du sud de l’Ile-de-France au Val de Loire.

Le périple, portion de l’itinéraire européen Scandibérique qui relie le nord de la Norvège au sud de l’Espagne, commence sur un quai de Saint-Mammès, en Seine-et-Marne. C’est là que le Loing, qui prend sa source en Bourgogne, se jette dans la Seine après un cours de 143 kilomètres. Admirons un instant, au soleil du matin, entre deux rideaux de verdure, le fleuve calme, à peine troublé par le passage de quelques péniches.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Quand on partait sur les chemins… Cinq itinéraires à découvrir à vélo

Empruntant pour l’essentiel des chemins de halage, le trajet longera d’abord le canal du Loing, construit au début du XVIIIe siècle pour épargner aux navires les humeurs changeantes de la rivière. Puis il se prolongera, à Montargis, dans le Loiret, par le canal de Briare, achevé soixante-dix ans plus tôt. A son apogée, au XIXe siècle, cette voie d’eau cruciale voyait passer 3 000 à 4 000 bateaux par an, ce qui, compte tenu de la soixantaine d’écluses à passer, constituait une performance !

A Moret-sur-Loing. Le pont permet de franchir le Loing. A droite, à l'arrière plan, l'église Notre-Dame-de-la-Nativité de Moret-sur-Loing.

Jouxtant Saint-Mammès, la ville de Moret-sur-Loing garantit l’indispensable ravitaillement qui précède un voyage au long cours. Bordant les rues étroites tracées au Moyen Age, quelques terrasses de café invitent à prendre des forces. Les commerces de bouche proposent de quoi composer un pique-nique, légumes, pain, charcuterie et puis le morétain, fromage crémeux au sucre d’orge, car c’est à Moret que des religieuses inventèrent, en 1638, cette gourmandise colorée.

Une fois ces victuailles rangées dans leurs sacoches, les cyclistes traverseront le Loing sur le pont peint par Alfred Sisley, et admireront, de part et d’autre, le clocher de l’église Notre-Dame et la porte de Bourgogne, qui verrouillait l’accès à la ville. Sur la rive gauche, le prieuré de Pont-Loup accueille des expositions d’art contemporain.

Les chants des oiseaux

Les premiers kilomètres de la piste, tracée entre le Loing et son canal, hésitent entre les paysages de grande banlieue et une atmosphère champêtre. Des cygnes nagent au pied des cimenteries et des silos à grains cylindriques ou cubiques. Des fermes en pierre restaurées voisinent des pavillons standards. Des randonneurs du dimanche profitent d’un pont sur le canal pour observer, aux jumelles, le vol de deux oies bernaches abandonnées par leur nuée.

Il vous reste 68.69% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.