Depuis 40 ans, le TGV a « rapproché » les grandes villes de Paris

La SNCF célèbre, vendredi 17 septembre, les quarante ans d’existence du train à grande vitesse (TGV). Une avancée technologique qui a modifié la géographie ressentie de la France, en rapprochant la capitale des principales grandes villes.

Si les progrès techniques sur les voies et les rames avaient déjà permis de réduire progressivement les temps de trajet ferroviaires depuis les années 1950, la mise en place de lignes à grande vitesse (LGV) a abouti à des gains de temps spectaculaires : d’abord entre Paris et Lyon dès 1981, puis vers la plupart des grandes villes de France (Rennes et Nantes en 1989, Bordeaux en 1990, Lille en 1993, Marseille en 2001, Strasbourg en 2007 et Bordeaux à nouveau en 2017…).

Visualisez sur le schéma ci-dessous la réduction du temps de trajet au départ de Paris vers plusieurs villes disposées de manière à refléter leur position géographique. La glissière permet de faire défiler les années depuis 1957 ou de s’arrêter à une date particulière. Le gain de temps est beaucoup plus faible pour Caen, seule de ces villes à ne pas disposer de desserte TGV.

Cet article est un extrait, mis à jour, d’une visualisation publiée en juillet 2017, à l’occasion de l’inauguration de la LGV Atlantique, vers Rennes et Bordeaux.