Des coupures d’électricité menacent l’Inde, les stocks de charbon atteignent un point critique

A mesure que les réserves de charbon s’amenuisent, l’inquiétude monte. L’Inde risque-t-elle, par endroits, d’être privée d’électricité ? Lundi 4 octobre, les 135 centrales thermiques alimentées au charbon que compte le géant sud asiatique ne possédaient, en moyenne, plus que quatre jours de stock, contre treize début août. Selon les données du ministère de l’énergie, seize d’entre elles étaient en rupture de stock.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le grand bond en arrière des pays émergents, forcés de réajuster leur « stratégie d’insertion dans l’économie mondiale »

Rarement les réserves de charbon, combustible utilisé pour produire environ 70 % de l’électricité en Inde, ont connu des niveaux aussi bas. « La situation est critique. Nous pourrions assister à des pannes d’électricité de plusieurs heures, particulièrement dans les petites villes », indique Vibhuti Garg, économiste chargée de l’Inde à l’Institute for Energy Economics and Financial Analysis.

Mousson plus longue

Plusieurs facteurs expliquent cette situation. A commencer par la vigueur de la reprise économique. La croissance indienne a bondi de plus de 20 % entre avril et juin. La demande d’électricité, elle, a grimpé de 16 % au mois d’août par rapport à 2020. « La croissance de la demande d’électricité fut plus rapide qu’attendue et a même dépassé de 3 % les niveaux d’avant la pandémie », détaille Hetal Gandhi, directrice de recherche chez Crisil, un organisme qui dépend de l’agence de notation Standard & Poor’s.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Inde, une mousson de plus en plus erratique

La mousson fut aussi plus longue que d’ordinaire. Jusque fin septembre, les fortes pluies ont perturbé la production de charbon dans les Etats miniers du centre et de l’est de l’Inde. Elles ont aussi affecté son acheminement à travers le territoire. « Les importations permettent généralement de pallier la baisse de l’approvisionnement domestique durant la mousson, mais cette année, les prix élevés ont dissuadé les exploitants de centrales de faire des réserves », ajoute Vibhuti Garg. L’Inde, deuxième producteur mondial de charbon, est aussi le deuxième plus gros importateur au monde. Le pays se fournit notamment auprès de l’Indonésie dont les prix du minerai ont flambé entre mars et septembre 2021, passant de 60 à 200 dollars la tonne.

La saison des festivals religieux qui débute en ce mois d’octobre risque d’entraîner une nouvelle augmentation de la consommation d’électricité

Le ministre indien de l’énergie, Raj Kumar Singh, a assuré que le gouvernement travaillait d’arrache-pied pour remédier au problème. Dans le même temps, il a affirmé que l’Inde ne faisait pas face à une crise de l’électricité. « Nous satisfaisons l’ensemble de la demande du pays », a-t-il déclaré mardi 5 octobre. « Les approvisionnements en charbon sont une chose que nous devons surveiller. C’est un processus constant car le charbon est extrait des mines quotidiennement », a poursuivi M. Singh.

Il vous reste 41.13% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.