Des embruns avec entrain ! Cinq phares à visiter pour illuminer l’été

LA LISTE DE LA MATINALE

Panorama vertigineux, vent du large… s’ils permettent de s’imaginer voguant sur des mers lointaines, ces bâtiments sont aussi des trésors architecturaux.

Brique et béton

274 marches mènent au sommet du phare de la Canche.

Par temps clair, c’est incontestablement la plus belle vue sur Le Touquet-Paris-Plage et même sur les falaises anglaises ! Le phare de la Canche sur la Côte d’Opale est une œuvre originale signée de l’architecte local Louis Quételart, auteur de nombreuses villas de la station balnéaire. Perché à plus de 57 mètres, ce monument plus citadin que maritime a été construit en 1949 et mis en service en 1951. De forme octogonale à faces concaves, cette tour faite de béton et de brique a la particularité de se trouver à 800 mètres en retrait de la mer, à la charnière entre ville et forêt. A l’intérieur, 274 marches mènent au sommet de ce bâtiment classé monument historique depuis 2011. Dans l’ancienne maison des gardiens reconvertie en musée, une exposition retrace l’histoire des anciens feux maritimes du Touquet.

Visites tout l’été, les samedis et dimanches. Interdit aux enfants de moins de 6 ans. Letouquet.com

Marbre et opaline

Le phare d’Eckmühl offre une vue panoramique sur la baie d’Audierne.

Avec la belle pierre de Kersanton qui orne ses façades, le phare du port de Saint-Pierre à Penmarc’h se détache dans le paysage breton. Automatisé et toujours en activité, il veille sur une des côtes les plus dangereuses du littoral français. En terre finistérienne, son nom d’origine allemande paraît bien mystérieux : il vient en réalité de sa donatrice, la marquise de Blocqueville, fille du maréchal d’empire Davout, prince d’Eckmühl, à la suite d’une bataille napoléonienne. Inauguré en 1897 et ornementé tel un palais avec un plafond en marbre et des murs intérieurs recouverts d’opaline, ce phare est une œuvre architecturale précieuse classée monument historique depuis 2011. Pour parvenir en haut de ses 65 mètres, 300 marches sont nécessaires. Le phare d’Eckmühl offre alors une vue panoramique sur la baie d’Audierne et, à ses pieds, l’ancien port goémonier fait figure de petite carte postale.

Visites en juin et septembre de 10 heures à 18 h 30, en juillet et août jusqu’à 19 h 30 avec des nocturnes sur réservation.
Penmarch.fr

Lanterne et écrans rouges

Le phare de Senetosa dont la construction a été achevée en 1892.

C’est d’abord sa forme qu’on remarque, plus proche de celle d’un château fort avec ses deux tours cylindriques de 15 mètres qui trônent sur le cap de Senetosa, près de Sartène, en Corse-du-Sud. Mais cette silhouette originale ne résulte aucunement d’une facétie de l’ingénieur Zevaco à l’origine de sa construction qui s’achèvera en 1892. Chacune des deux tours a une fonction précise : l’une porte la lanterne du phare, l’autre des écrans rouges à son sommet, servant à signaler les directions dangereuses que sont la pointe de Latoniccia et les écueils des Moines. Le fonctionnement de ces feux est désormais automatisé et le phare ne possède plus de gardiens depuis 2008. Ils y vivaient jusque-là isolés, en famille. L’étonnant bâtiment de Senetosa est un lieu de passage pour kayakistes ou randonneurs qui vont de Tizzano à Cala di Conca par les sentiers du littoral. On peut même passer une nuit inoubliable dans ce phare devenu refuge, avec la mer en fond sonore.

Il vous reste 43.51% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.