« Des soutanes et des hommes »

C’est à une formidable exploration que nous invite le sociologue Josselin Tricou dans ce livre, résultat d’un travail de recherche d’une dizaine d’années sur « la subjectivation genrée et les politiques de la masculinité au sein du clergé catholique français depuis les années 1980 ». Un sujet qui, selon ses mots, « suscite à la fois de l’embarras à l’intérieur et des fantasmes à l’extérieur ».

Embarras, car ce thème recoupe celui de l’homosexualité dans l’Eglise catholique, à la fois surreprésentée et objet d’incitations au silence. D’où la volonté de tous les prêtres, religieux et séminaristes cités (sauf un) de rester anonymes. Sans doute son expérience passée de religieux a-t-elle aidé Josselin Tricou à obtenir ces témoignages inédits. Fantasmes, car ce sujet a jusque-là suscité chez des observateurs extérieurs des opérations d’« outings » spectaculaires et des théories autour de supposés « lobbys gay » catholiques (voir le livre Sodoma, de Frédéric Martel, Robert Laffont, 2019).

Josselin Tricou nous donne des clés de compréhension de cette construction d’une masculinité atypique du clergé par l’Eglise et de ses conséquences, tant d’un point de vue historique et sociologique que politique.

« Des soutanes et des hommes », de Josselin Tricou (PUF, 472 pages, 23 euros).