Donald Trump de retour parmi ses fans : c’est peut-être un détail pour vous…

Donald Trump en meeting à Cullman, en Alabama, le 21 août 2021.

Nouveau Salut

Il vous avait manqué ? Non ? Tant pis. Sept mois après son départ de Washington, Donald Trump est bel et bien de retour. Samedi 21 août au soir, dans la petite ville de Cullman (88 % des suffrages pour Trump lors de la dernière élection présidentielle), au cœur de l’Alabama, l’ancien président a rassemblé ses supporteurs.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le Parti républicain reste sous l’emprise de Donald Trump

Deux heures durant, il a lancé, pêle-mêle, des attaques contre Biden, des promesses de réélection et, finalement, des casquettes rouges barrées de son nouveau slogan. Fini, « Make America Great Again », désormais il faut dire « Save America ». Rien que ça.

Tissu de contradictions

Puisque nous parlons couvre-chef, soyons précis et techniques. Ceux que Donald Trump envoie ici à ses supporteurs sont des ballcaps, soit des casquettes de base-ball à la visière rigide, ornées, sur le haut de la couronne, d’un bouton en métal couvert de tissu. Celles-ci sont fabriquées à Los Angeles par l’entreprise CaliFame, ­productrice exclusive des casquettes pro-Trump depuis toujours. Enfin… surtout depuis qu’une enquête du New York Times avait révélé, en 2016, qu’une grande partie du merchandising trumpiste, à haute teneur patriotique, était produite en Chine.

Panoplie de sanction

Evidemment, le reste de la panoplie était aussi de sortie à Cullman. Outre les casquettes rouges, Donald arborait ainsi son fond de teint, son brushing, son costume noir informe, sa chemise blanche quelconque et son horrible cravate en satin de soie rouge, beaucoup trop longue. Au sujet de celle-ci, rappelons d’ailleurs deux vérités absolues. La première est qu’une cravate devrait toujours arriver au niveau de la boucle de ceinture, ni plus haut ni plus bas, comme ici. La deuxième est que personne, jamais, ne devrait porter de cravate en satin de soie rouge. Même nouée pile à la bonne longueur.

Code rouge

Rayon dress-code, les supporteurs de Donald avaient, eux, de toute évidence, établi leurs propres règles. On notera ainsi à la fois la surreprésentation dans le public des tee-shirts rouges à l’effigie de Donald Trump et l’absence totale de masques chirurgicaux.

Lire aussi Lionel Messi au Parc des Princes, c’est peut-être un détail pour vous

Qu’en conclure ? Au regard de la situation sanitaire extrêmement préoccupante dans l’Alabama, en état d’urgence depuis le 19 août, une simple évidence : les tee-shirts a l’effigie de Donald Trump ne protègent pas contre la transmission du Covid-19.

Couper le sifflet

Notons, en guise de conclusion, que l’évocation de la pandémie a provoqué le moment le plus insolite du meeting. Ainsi, lorsque Donald Trump a déclaré s’être fait vacciner et appelé tout le monde à faire de même, une partie de la foule a hué son héros pendant de longues secondes, faisant ainsi l’implacable démonstration que les supporteurs de Trump sont encore plus antivax qu’ils ne sont pro-Trump. Ce qui nous amène à une seconde évidence : on n’est pas sorti de l’auberge.