Ecologie, justice, police : les ministères qui voient leurs budgets augmenter

Le gouvernement a dévoilé, mercredi 22 septembre, le dernier projet de loi de finances du quinquennat Macron. L’accent est mis sur la dépense et l’investissement pour favoriser la croissance. Au total, une hausse de 12 milliards d’euros du budget est prévue pour 2022. Priorité a été donnée à l’éducation, mais aussi à la transition écologique, la justice et l’intérieur.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le dernier budget du quinquennat d’Emmanuel Macron placé sous le signe de la dépense
  • Ecologie : un budget boosté par la prime à la rénovation énergétique

Prise entre les tirs des chasseurs qui lui reprochent d’être antichasse et des défenseurs de l’environnement qui ne décolèrent pas qu’elle ait autorisé, au lendemain du congrès mondial de l’Union internationale pour la conservation de la nature, la capture de plus de 100 000 oiseaux par le biais de méthodes de chasse dites « traditionnelles » pourtant jugées illégales par le Conseil d’Etat, Barbara Pompili trouvera un motif de réconfort dans le projet de loi de finances (PLF) 2022. Son ministère de la transition écologique fait, en effet, partie des gagnants. Son budget atteint presque la barre symbolique des 50 milliards d’euros : 49,9 milliards d’euros. Il était de 48,5 milliards d’euros lors de l’exercice précédent, soit une augmentation de 3 %. Depuis le début du quinquennat, il aura progressé de « 20 % », martèle-t-on au ministère pour rappeler l’engagement écologique d’Emmanuel Macron à moins de sept mois de la présidentielle et au moment où les « écolos » désignent leur champion(ne).

Installation d’une éolienne près de Lanarce ( Ardèche), le 9 septembre 2020.

De même source, on met aussi en avant le « coup de frein » à la baisse des effectifs du ministère et de ses opérateurs, avec – 350 équivalents temps plein contre – 1 200 les années précédentes. Et des « renforts » prévus pour les agences chargées de la biodiversité, de l’eau ou de l’inspection des sites industriels classés à risque au lendemain des vingt ans de la catastrophe d’AZF.

Lire aussi la tribune : Jean-François Julliard : « Le gouvernement s’obstine à mener une écologie des petits pas, des tergiversations et des reculades »

Dans le détail, 15,9 milliards sont à proprement parler destinés à la transition écologique (énergie, biodiversité, prévention des risques…), 17,1 milliards sont prévus pour le logement et 8 milliards pour les mobilités, dont les infrastructures ferroviaires. Le budget 2022 devrait surtout permettre de « sanctuariser » le dispositif d’aide à la rénovation énergétique, la prime dite MaPrimeRénov’ : une enveloppe de 2 milliards d’euros est programmée. Les 2 milliards d’euros du plan de relance qui lui sont alloués pour la période 2021-2022 seront consommés cette année. 500 000 dossiers ont déjà été déposés et le gouvernement s’attend à en recevoir 300 000 supplémentaires d’ici à la fin de l’année 2021.

Il vous reste 74.09% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.