Emmanuel Faber devient associé du fonds de capital-risque Astanor Ventures

Emmanuel Faber n’aura pas attendu très longtemps pour rebondir. Congédié brutalement de son poste de PDG de Danone, en mars 2021, il a annoncé, mardi 12 octobre, son arrivée, en tant qu’associé, au sein d’Astanor. Ce fonds de capital-risque belge accueille également un autre associé, l’américain David Barber.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les raisons de l’éviction d’Emmanuel Faber, ex-PDG de Danone

« Nous souhaitons investir dans des sociétés qui vont avoir un impact social et environnemental mesurable dans les secteurs alimentaire et agricole », explique Eric Archambeau, qui a cofondé Astanor Ventures en 2017, après avoir passé plus de vingt ans dans la Silicon Valley. Trois ans plus tard, le fonds levait 264 millions d’euros. Dans le tour de table, la BPI, mais aussi de grandes familles belges.

Elevages d’insectes

« Une grosse majorité des fonds est déjà investie », souligne M. Archambeau. Parmi les premières opérations, la prise de participation dans la start-up de distribution française La Ruche qui dit oui. Puis une entrée au capital d’une autre société française, Ynsect, qui souhaite développer des élevages d’insectes afin de produire des protéines. Parmi les 29 investissements déjà réalisés, on peut encore citer le spécialiste des fermes verticales allemand Infarm ou le fabricant de viande végétale australien v2food.

Selon le communiqué publié par le fonds de capital-risque, M. Faber et M. Barber, qui a cofondé, outre-Atlantique, Blue Hill, une exploitation agricole, et le fonds Almanac Insights, basé à New York, « tous deux reconnus mondialement pour leur leadership dans la transition vers des systèmes agricoles et alimentaires durables rejoignent Astanor Ventures avec une mission commune : faire converger investissement et impact pour assurer la souveraineté alimentaire du plus grand nombre ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Adieu veaux, vaches, cochons… Le steak végétal à la conquête du monde

Les investisseurs, eux, ont en tête les valorisations des sociétés agroalimentaires récemment introduites en Bourse. A l’instar de la start-up spécialisée dans la viande végétale Beyond Meat ou du spécialiste suédois du lait d’avoine Oatly. Surfant sur les nouvelles tendances alimentaires, ces deux sociétés ont décroché le jackpot boursier.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Antoine de Saint-Affrique, un nouveau patron très attendu à la tête de Danone