En 2022, l’Etat commémorera Molière, Champollion, Pasteur… et la Saint-Barthélémy

Portrait de Marcel Proust, dont l’Etat célèbrera le centenaire de la mort en 2022 (photographe inconnu, aux environs de 1900).

Des écrivains, des scientifiques, des peintres… mais aussi des événements parfois controversés. Chargé depuis cette année de choisir les anniversaires officiellement commémorés par l’Etat, l’organisme France Mémoire devait publier, vendredi 15 octobre, la liste des figures et des épisodes de l’histoire qui seront mis en avant en 2022. Au total, 52 dates ont été cochées, correspondant à des cinquantenaires ou des centenaires, voire des bicentenaires et des tricentenaires.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Xavier Darcos : « Il faut qu’à nouveau l’histoire, ses grands personnages, fassent partie de ce qui nous relie, et non de ce qui nous divise »

Sans surprise, de nombreux artistes figurent dans cette liste, comme Molière, dont les 400 ans de la naissance seront commémorés le 15 janvier, Marcel Proust (centenaire de sa mort le 18 novembre), Joachim du Bellay (500 ans de sa naissance le 22 mai), Théophile Gautier (150 ans de sa mort le 23 octobre), Iannis Xenakis (centenaire de sa naissance le 29 mai), Jules Romains (cinquantenaire de sa mort le 14 août) ou encore Gérard Philipe (centenaire de sa naissance le 4 décembre).

La science sera aussi particulièrement à l’honneur, avec le bicentenaire de la naissance de Louis Pasteur (le 27 décembre), le centenaire de l’élection de Marie Curie à l’Académie de médecine, la première d’une femme (le 7 février), ou le bicentenaire de la première traduction des hiéroglyphes par Jean-François Champollion (le 27 septembre). « Cette liste permet aussi de faire connaître certains sujets ou personnes, comme Alphonse Laveran, qui a découvert le parasite du paludisme, dont on fêtera le centenaire de la mort le 18 mai », explique l’historien Yves Bruley, directeur de France Mémoire.

Lire aussi le focus : Article réservé à nos abonnés Une délicate mission de « pacification » pour France Mémoire

La pose de la première pierre de la Grande Mosquée de Paris

Moins consensuel, l’organisme hébergé par l’Institut de France a également choisi de commémorer en 2022 le massacre de la Saint-Barthélémy, perpétré le 24 août 1572. « C’est une date qui a marqué l’histoire de France et il nous a paru opportun de la mettre en avant, eu égard notamment à la question du traitement des religions », plaide Yves Bruley. De même, le sacre de Louis XV à Reims, le 25 octobre 1722, ou la pose de la première pierre de la Grande Mosquée de Paris, le 19 octobre 1922, seront honorés. Mais pas question de verser dans la glorification. « L’idée n’est pas de dire ce qui est bien ou pas. Nous prenons l’histoire telle qu’elle est, sans parti pris. Cette année, nous avons commémoré à la fois Napoléon et la Commune », rappelle l’historien.

Pour établir sa liste d’anniversaires, France Mémoire fait appel à un conseil scientifique composé de deux membres de chacune des cinq académies abritées par l’Institut de France (Académie française, des sciences, des beaux-arts, des sciences morales et politiques, des inscriptions et belles-lettres), une institution placée sous la protection du président de la République mais indépendante de l’Etat. « Les 450 académiciens apportent leur expertise et la liste s’établit de manière consensuelle », assure Yves Bruley.

Il vous reste 31.63% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.