En 2022, pour la première fois de son histoire, le budget de la culture dépassera la barre des 4 milliards d’euros

La ministre de la culture, Roselyne Bachelot, le président de la République, Emmanuel Macron, et Brigitte Macron, lors d’une visite à la Fondation Louis Vuitton, le 21 septembre 2021.

La fin de l’« argent magique » n’est pas pour tout de suite. En 2022, le budget du ministère de la culture augmentera de 7,5 %, une hausse inédite depuis le début du quinquennat, a annoncé, mercredi 22 septembre, la ministre de la culture, Roselyne Bachelot. Pour la première fois de son histoire, le budget de la rue de Valois dépassera la barre des 4 milliards d’euros (hors audiovisuel public), avec un total de 4,083 milliards d’euros consacrés à la culture en 2022, soit 273 millions de plus que dans la loi de finances initiale pour 2021.

« C’est une hausse sans précédent, qui vient parachever un effort continu pour la culture depuis 2017 », s’est félicitée Mme Bachelot, mercredi 22 septembre, lors d’une conférence de presse à l’issue du conseil des ministres. De fait, le budget de la rue de Valois n’a jamais baissé depuis l’élection d’Emmanuel Macron, à la différence de certains autres ministères. Au contraire, la progression a été exponentielle : de 0,7 % en 2018, la hausse est passée à 2 % en 2020 puis à 4,8 % cette année, et donc à 7,5 % pour 2022.

« Au total, le ministère aura accru son budget de 15 % depuis 2017, ce qui représente 507 millions d’euros de plus », se félicite l’entourage de la ministre, qui veut y voir « la priorité que le président de la République et le gouvernement accordent à la culture depuis 2017 ». L’augmentation est néanmoins moindre que celles obtenues sur la même période par les ministères de la justice (+ 30 %), de la transition écologique (+ 20 %) ou encore de l’intérieur (+ 18 %).

« Compenser en moyenne 70 % des pertes nettes subies »

Signe que le « quoi qu’il en coûte » n’a pas été remisé, le ministère a profité de la présentation de son budget 2022 pour annoncer un nouveau plan d’aides de 234 millions d’euros pour les grands établissements culturels sous tutelle de l’Etat, dont la fréquentation souffre de l’absence de touristes internationaux. Ce plan vient s’ajouter à une première aide de 614 millions d’euros, qui avait été débloquée il y a un an pour sauver de la faillite le château de Versailles, l’Opéra de Paris ou encore le musée du Louvre. Mais il ne pèsera pas sur le budget 2022 et sera inscrit dans le projet de loi de finances rectificative pour 2021, début novembre.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le Covid-19 affecte inégalement les professionnels de la culture

Dans le détail, le musée du Louvre bénéficiera de 53 millions d’euros supplémentaires (qui s’ajoutent aux 46 millions accordés il y a un an, soit 99 millions), le Centre des monuments nationaux aura 30 millions (119,3 millions au total), l’Opéra de Paris 25 millions (106 millions), le château de Versailles 24,8 millions (111,8 millions), le musée d’Orsay 18,2 millions (33,2 millions), la Philarmonie de Paris 8,1 millions (11,9 millions)… Ces aides vont « permettre de compenser en moyenne 70 % des pertes nettes subies sur 2020-2021 et anticipées sur 2022, par la reconstitution partielle des trésoreries des établissements », explique un conseiller.

Il vous reste 50.56% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.