En changeant de nom pour Meta, le groupe Facebook parie sur l’avenir

« One more thing. » Alors que s’étirait, jeudi 28 octobre, depuis plus d’une heure, sa conférence virtuelle, Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, a repris les recettes de Steve Jobs, le fondateur d’Apple, qui aimait à livrer ses annonces les plus importantes à la fin de ses interventions. Oubliez Facebook, bienvenue à Meta : un nouveau nom pour une nouvelle raison d’être.

La nouvelle appellation ne porte pas sur le réseau social si populaire (autour de 3 milliards d’utilisateurs), mais sur la structure qui chapeaute aussi des applications telles que Instagram, WhatsApp ou d’autres activités plus méconnues, comme celles touchant à la réalité virtuelle (Facebook Reality Labs). « A l’heure actuelle, notre marque est tellement liée à un seul produit qu’il lui est impossible de représenter tout ce que nous faisons aujourd’hui, et encore moins ce que nous ferons à l’avenir », a expliqué M. Zuckerberg.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Se faire servir un cocktail par une pieuvre ou ouvrir un casino : le « métavers », univers virtuel de tous les possibles

Meta renvoie au concept de métavers, très en vogue, porté actuellement par des sociétés telles que Epic Games, Roblox ou Facebook, qui permettrait à chaque utilisateur d’avoir une expérience de vie numérique totale sous forme d’avatar. Ici pour participer virtuellement à une réunion de travail et partager ses documents, là pour rejoindre des amis et regarder un film, sans aucune friction entre les services. « C’est ce qui va survenir après Internet : au lieu de regarder un écran, vous allez être plongés dans l’expérience elle-même », explique Andrew Bosworth, responsable de Facebook Reality Labs.

Une certaine constance

L’annonce faite par Facebook peut paraître parfaitement opportuniste à un moment où le premier réseau social du monde est l’objet des plus vives critiques à la suite d’une série d’articles dans la presse américaine, puis européenne, dont Le Monde, réalisés grâce aux révélations d’une lanceuse d’alerte, Frances Haugen, qui montrent que le groupe a choisi d’ignorer une partie des dangers liée à son activité – contenus toxiques sur Instagram pour les adolescents, désinformation qui nuit à la démocratie… – par souci de préserver ses profits.

Écouter aussi « Facebook Files » : dans les rouages déréglés de l’entreprise

Ces révélations ont ravivé les hostilités contre l’entreprise, en particulier dans la classe politique américaine, et pesé sur son cours en Bourse (– 17 % depuis fin août). Le créateur de Facebook a d’ailleurs tenu à se défendre lors de la conférence : « Je suis fier de ce qu’on a bâti », a-t-il dit. Même si, avec Meta, M. Zukerberg souhaite manifestement tourner une page marquée par des épisodes peu glorieux pour Facebook, il faut lui reconnaître une certaine constance. Il a été parmi les premiers promoteurs majeurs du métavers, persuadé que la réalité virtuelle ferait entrer les réseaux sociaux dans une nouvelle dimension.

Il vous reste 43.76% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.